Catégories
Actus culinaires

Le dernier et le dernier? bataille de la garde civile contre le narcoclan de Castaña

Mardi,
quinze
septembre
2020

13:07

Près d'un demi-millier d'agents emmènent La Línea de la Concepción pour donner la dernière goutte au plus grand gang de trafiquants du sud de l'Espagne, qui pourrait être à l'origine de la vague d'attaques contre les forces de sécurité ces dernières semaines

Antonio Tejón, le chef de la Castaña, en juillet dernier alors qu'il était ...

Antonio Tejón, le chef de la Castaña, en juillet dernier, lorsqu'il a été arrêté pour la dernière fois.
LA GENDARMERIE

Celle des frères Isco et Antonio Tejón, la Castaña, est l'histoire du plus grand clan de trafiquants de haschich du sud de l'Europe, avec l'autorisation de Messi -le nom de guerre d'Abdellah el Haj-, son principal concurrent et aujourd'hui fuyant la justice. Ils contrôlent, depuis des années, l'une des principales voies d'entrée de la drogue entre l'Afrique du Nord et les côtes andalouses et la ligne de Concepción est, sans aucun doute, leur territoire. Ici le grande bataille pour terminer, une fois pour toutes, son règne. Près d'un demi-millier d'agents ont déployé la Garde civile pour livrer le coup de grâce au clan.

Depuis que les autorités leur ont officiellement déclaré la guerre en 2018 face à leurs excès scandaleux – l'assaut contre un hôpital pour libérer l'un de leurs hommes était la goutte d'eau – le Chestnut et les Forces et Forces de Sécurité se sont battus sans quartier qui a conduit les deux frères et dirigeants en prison à plusieurs reprises, qui a démantelé sa structure (ou une partie de celle-ci) à quelques reprises et intercepté d'énormes quantités de stupéfiants, principalement du haschich, dans les nombreuses opérations menées à la fois par la police National et la garde civile. Mais, maintes et maintes fois, les châtaignes ont résisté et ont continué à maintenir leur entreprise même de la cellule et, ces dernières semaines, ils seraient allés à la contre-attaque.

Des sources de la Garde civile ont confirmé à EL MUNDO que l'une des hypothèses avec lesquelles ils travaillent est que derrière la vague d'attaques contre des agents des forces de sécurité qui a fait une longue douzaine de blessés – le plus grave un inspecteur de Algésiras qui est toujours dans l'UCI- sont les Castaña, jetés dans un offensive sans quartier dans lequel le slogan serait "donnez-leur du poids et ne perdez pas un kilo" de drogue.

L'opération que l'institut armé de La Línea de la Concepción a lancée ce lundi ne s'appelle pas Démanteler par hasard. En espagnol, il serait traduit par opération Démanteler parce que c’est l’objectif que les responsables ont proposé, et pas d’autre. La première étape, déclencheur de l'opération, fut l'arrestation surprise d'Antonio Tejón devant les mêmes tribunaux où tous les quinze jours il devait comparaître conformément aux conditions de sa libération sous caution.

L'arrestation du chef de clan – son frère Isco est toujours en prison – a été assez facile, étant donné qu'on savait à l'avance où et à quelle heure il allait comparaître. Il facteur de surprise il a fait le reste parce que Castaña ne s'y attendait pas et, selon certains témoins, il a presque imploré de ne pas retourner dans la cellule d'où il était parti le 4 juillet après avoir payé 12 000 euros. Il a essayé de s'enfuir, mais n'est pas allé loin.

Dès son arrestation, la suite de l'opération a été déclenchée Démanteler. Plus de 400 soldats ont été déployés ce matin dans les principaux quartiers contrôlés par la drogue à La Línea, La Atunara – presque un ghetto réservé aux trafiquants -, Santa Margarita et El Zabal, ces derniers baptisés Villa Narco car authentiques (et illégaux) y ont été construits manoirs les principaux patrons de la région.

Pour mettre fin complètement et empêcher le gang de refaire surface, la Garde civile s'est concentrée sur l'argent, dans les propriétés et dans les hommes de tête qui ont gardé la fortune que les frères Tejón ont accumulée au cours de ces années et qui leur ont permis de continuer leurs affaires jusqu'à leur arrestation et, même, derrière les barreaux.

Les sources consultées ont expliqué qu'elles seront pratiquées jusqu'à 40 enregistrements dans autant de bâtiments et que la prévision est que de nombreuses arrestations seront effectuées.

L'opération Démanteler C'est nouveau car la stratégie habituelle dans ce type d'opération a changé, selon les sources. Arrêtez d'abord le boss, "pas de problème avec les armes", puis "allez pour le reste" a été la clé. "Si vous coupez la tête du serpent, le corps et la queue ne savent pas quoi faire", ont-ils ajouté.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *