Catégories
Actus culinaires

Le Conseil précise: «La direction des centres éducatifs ne sera pas responsable en cas de contagion»

"En cas de suspicion de contagion ou d'existence de l'une quelconque, la responsabilité de la direction des centres se limite à la communiquer à l'autorité sanitaire et à agir conformément aux directives qu'elle détermine." Le ministère de l'Éducation a adressé un message de calme aux équipes pédagogiques face au début du cours et a mis un accent particulier sur le dégagement de la responsabilité des équipes de direction, se plaignant d'avoir été laissé entre leurs mains, avec des moyens très limités, le planification compliquée d'un parcours plein d'incertitudes.

Pour freiner le malaise qui s'est creusé ces dernières semaines au sein des équipes éducatives, le ministre de l'Éducation, Javier Imbroda, a publié mercredi un rapport de l'Inspection générale de l'éducation avec lequel il répond aux questions les plus fréquentes qui Les principaux doutes que les directions continuent d'avoir sur leur rôle dans la sécurité et la santé des étudiants et des travailleurs sont apparus et sont dissipés.

«La responsabilité d'une contagion ne peut en aucun cas être imputée aux centres ou à leurs équipes de direction. En premier lieu, il faudrait déterminer, hypothèse très difficile, où la personne en question a été infectée, à laquelle il faudrait ajouter que le risque zéro, comme le soulignent toutes les autorités et experts du domaine, n'existe pas ", insiste le ministère. de l’éducation dans le document préparé. Son propriétaire, Javier Imbroda, et le conseiller adjoint, Carmen Castillo, ils ont décomposé le document lors d'une apparition dans la presse dans laquelle ils ont également précisé qu'ils seraient réalisés test de diagnostic sur un total de 143000 enseignants en Andalousie (y compris les centres concertés et les écoles maternelles) avant le début du cours.

En outre, il a été calculé, et donc transféré au ministère de la Santé (qui est chargé de fournir le matériel), dont les centres éducatifs auront besoin chaque mois environ 3 millions de masques et 300 000 litres de gel hydroalcoolique.Les masques seront à la disposition des enseignants (à raison d'un par jour) et pour les fournir aux élèves en cas d'oubli, de perte ou de détérioration, bien que les élèves devront porter leur propre masque tous les jours à l'école ou à l'institut et ne pas le faire auront leur conséquences dans la mesure où il doit enfreindre toute autre règle interne du centre, la sanction étant déterminée dans le cadre du plan de coexistence.

Pour le moment, il a été exclu prends la température tous les jours aux élèves au début de la journée scolaire ou tapis de désinfection de chaussures, car rien n'a été inclus dans les protocoles préparés par Health.

Cependant, il est précisé que lorsqu'un élève présente des symptômes compatibles avec le coronavirus, il sera retiré de la classe et correctement isolé dans un certain espace jusqu'à ce que sa famille puisse les récupérer.

"Dans ce cas, il n'est pas demandé aux centres doivent faire un prédiagnostic, comme il s'est répandu par certains groupes, n'agissez toujours que devant un étudiant qui ne se sent pas bien, car il appartient uniquement aux responsables de la santé de déterminer l'état de santé de l'élève en question ", précise le document d'inspection à ce sujet. .

Dans le cas où l'infection est confirmée et que la confirmation parvient au centre pendant les heures de classe, les familles seront avisées de venir chercher leurs enfants s'ils font partie du même groupe que les personnes infectées. De même, si la confirmation arrive au centre en dehors des heures de classe, les familles seront également appelées pour qu'elles n'emmènent pas leurs enfants en classe le lendemain.

Les enfants resteront à la maison sans se rendre au centre jusqu'à ce que les autorités sanitaires déterminent, avec la Délégation territoriale de l'éducation, pour quels groupes il sera nécessaire de suspendre les cours en présentiel et pendant combien de temps.

"Les enseignants ne sont pas des baby-sitters ou des agents de santé", A déclaré Imbroda catégoriquement, pour souligner le périmètre de responsabilité qui leur correspond dans une crise qu'est la santé. "La responsabilité de la gestion des centres est donc purement organisationnelle", a-t-il souligné. Ils devraient avoir un plan pour continuer à enseigner de manière non face à face pendant le temps que la quarantaine est maintenue.

Les équipes de gestion ont envoyé au ministère de l'Éducation un total de 317 doutes que le Conseil a réduit à 91 pour être nombreux d'entre eux récurrents. Une sélection des réponses proposées par le ministère est reproduite ci-dessous.

ABSENTÉISME

Sauf cas justifiés, les familles ne peuvent pas décider seules de ne pas emmener leurs enfants en classe et prétendre que l'éducation de leurs enfants n'est que télématique. «En cas de refus d'une famille de faire fréquenter son enfant au centre, sauf dans des situations dûment justifiées et déjà couvertes dans les cours précédents, le protocole d'absentéisme serait activé».

ÉTUDIANTS VULNÉRABLES

Chaque cas devra être évalué par le médecin de l'étudiant, qui déterminera s'il peut fréquenter le centre et quelles mesures particulières seraient nécessaires pour cela. En règle générale, il faudrait prendre des mesures extrêmes d'hygiène et de séparation sociale dans les groupes dans lesquels cet étudiant est intégré, et les prendre en compte en priorité s'il y a la possibilité de faire des regroupements dépliants ou flexibles. Pour ceux qui sont déterminés à ne pas pouvoir assister aux cours, des soins à domicile seront fournis, comme cela a été le cas pour les élèves qui, pour des raisons de santé, ne peuvent pas fréquenter l'école pendant une période déterminée.

POSITIF SUSPECTÉ

Une personne de contact dépendant de l'administration sanitaire (du centre de santé de référence) sera fournie à chaque centre et service éducatif. Par conséquent, et en cas de suspicion due à la situation sanitaire d'un étudiant qui ne peut être résolue avec les familles, des doutes seront adressés à ces responsables, qui donneront les consignes à suivre.

FRÈRES

Si un élève est positif et a des frères et sœurs dans d'autres groupes, ce sera dans tous les cas l'autorité sanitaire qui déterminera les mesures à adopter, y compris, le cas échéant, la suspension de l'activité d'enseignement en classe pour un ou plusieurs groupes de coexistence scolaire dans le centre ou pour tous les étudiants du même. Aussi si les contacts pouvaient affecter d'autres centres de la ville.

NETTOYAGE

Jusqu'à l'année dernière, le nettoyage des centres se faisait toujours en dehors des heures de classe. Cette année, les centres peuvent demander une modification des horaires de nettoyage "en tenant compte de la nature juridique différente de la relation contractuelle avec ledit personnel". "Si un problème survient à cet égard, il serait nécessaire de le signaler à la Délégation territoriale correspondante pour qu'elle mette en œuvre les procédures appropriées."

COORDONNATEUR COVID

Le coordinateur Covid (il y en aura un par centre nommé par le directeur) aura parmi ses fonctions celles qui lui sont déléguées par la direction du centre et qui ont à voir avec la nécessité de connaître de première main les informations officielles disponibles sur covid-19 et combien de nouvelles se produire, détecter et contrer les fausses informations et les transmettre au reste de la communauté éducative. Le directeur peut également déléguer des fonctions dérivées de la prévention, de la détection et de l'intervention dans le centre, ou de la promotion et du développement d'actions de promotion et d'éducation pour la santé. Les coordinateurs recevront une formation spécifique et auront droit à une réduction des heures de cours comprise entre 3 et 7 heures par semaine. Pour couvrir ces heures, 826 enseignants supplémentaires seront embauchés.

INCORPORATION AUX CENTRES

Dans les premiers jours d'août, les destinations finales du personnel ayant participé aux procédures de mise à disposition des postes seront publiées, dans lesquelles le personnel nouvellement recruté sera lié au temps disponible pour la coordination covid-19, ainsi que pour la coordination des TIC dans certains centres éducatifs. Lesdits personnels, conformément aux instructions du 6 juillet 2020, doivent rejoindre leur destination le 1er septembre. Quant au personnel de renforcement spécifique pour l'éducation de base,

incorporera les centres éducatifs dans les premiers jours de septembre, et dans tous les cas, avant le début de l'activité en classe pour l'enseignement respectif.

RENFORTS DE SEMELLE INTÉRIEURE

L'augmentation des effectifs avec le personnel enseignant de soutien se fera selon les critères suivants:

Dans l'enseignement primaire, il sera intégré dans des centres dont les unités contiennent plus de 20 élèves inscrits, avec la répartition suivante:

  • Entre 5 et 10 unités, toutes deux comprenant: 1 enseignant supplémentaire de la spécialité de l'enseignement primaire.
  • Entre 11 et 16 unités: 2 enseignants supplémentaires.
  • Entre 17 et 23 unités: 3 enseignants supplémentaires.
  • 24 unités ou plus: 4 enseignants supplémentaires.

Dans l'enseignement secondaire obligatoire, il sera intégré dans des centres dont les unités contiennent plus de 22 élèves inscrits, avec la répartition suivante:

  • Entre 5 et 10 groupes, tous deux inclus: 1 enseignant dans le domaine sociolinguistique et 1 enseignant dans le domaine scientifique et technologique.
  • Entre 11 et 16 groupes: 2 professeurs du domaine sociolinguistique et 1 professeur du domaine scientifique et technologique.
  • 17 groupes ou plus: 2 professeurs du domaine sociolinguistique et 2 professeurs du domaine scientifique et technologique.

EQUIPEMENT D'OUTILS

L'acquisition de 150 000 appareils électroniques, destinés aux centres éducatifs publics, est prévue, qui arrivera de la même manière en début d'année scolaire. Tous les centres recevront au moins un nombre d'appareils égal au nombre d'enseignants qui y fournissent des services, le reste étant réparti en fonction des élèves qu'ils desservent et qui sont à risque de «vulnérabilité numérique», c'est-à-dire qui n'ont pas leurs propres moyens. .

La mise à disposition de dispositifs électroniques pour les centres éducatifs fournis par le ministère de l'Éducation et des Sports, destinés aux centres d'enseignement publics, et ceux qui pourraient être fournis dans le cadre de l'accord de collaboration avec le ministère de l'Éducation et de la Formation professionnelle et Red.es, Il peut être utilisé lors de la pratique pédagogique ordinaire, "en favorisant de nouvelles propositions méthodologiques et en intégrant les expériences développées pendant cette période". En cas de suspension de l'activité d'enseignement en classe, ils peuvent être mis à la disposition des enseignants et des élèves, conformément aux dispositions du projet pédagogique du centre.

ABSENCE EN RAISON D'UNE CONFINEMENT

Dans le cas où un ou plusieurs enseignants doivent rester à la maison en raison de l'accouchement, le centre doit faire élaborer son plan de remplacement et collecter toutes les mesures possibles pour servir l'ensemble des élèves, qui prévaudront sur tout autre type de prévision horaire qui pourrait être obtenue, y compris la coordination ou les tâches administratives ou de gestion, au cas où, à un moment donné, le personnel prévu à l'attention des étudiants dans un horaire spécifique ne serait pas disponible.

CHANGEMENTS EN SOIRÉE

Les centres pourront, dans l'usage de leur autonomie, établir des horaires de certains enseignements l'après-midi, en poursuivant toujours comme objectif la création d'environnements plus sûrs. À son tour, il faudra tenir compte de l’équilibre entre la famille et la vie professionnelle et la vie privée, de sorte que les groupes d’âge plus jeunes devront garder leurs heures de travail.

ACTIVITÉS COMPLÉMENTAIRES

La réalisation d'activités complémentaires et d'activités extrascolaires relève de la décision des centres éducatifs qui, dans l'usage de leur autonomie, établissent les activités qu'ils jugent nécessaires. Compte tenu des conditions dans lesquelles se déroulera la prochaine année scolaire, avec une crise sanitaire actuelle, les centres peuvent choisir sans problème de suspendre toutes leurs activités complémentaires et périscolaires s'ils estiment que cela augmente la sécurité dans leur centre et pour votre corps étudiant.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *