Catégories
Actus culinaires

Le CGPJ paralyse les nominations des juges de la Cour suprême devant le gouvernement et les négociations du PP pour le renouvellement de l'organe

Mardi,
28
juillet
2020

14:16

La prudence face aux pourparlers que le PP et le gouvernement mènent pour renouveler le Conseil, ainsi que l’absence d’accord entre les membres, a conduit à laisser les nominations en suspens.

Le président du Conseil Carlos Lesmes lors d'une réunion

Le président du Conseil, Carlos Lesmes, en séance plénière
LE MONDE

La Plénière de Conseil général de la magistrature a convenu ce mardi de retirer de l'ordre du jour le débat et le vote des cinq nominations discrétionnaires qui devaient être effectuées: trois postes de magistrat de la deuxième chambre de la Cour suprême, la présidence du Haute Cour de Justice des Canaries et la présidence du Cour provinciale d'Orense.

Selon des sources du conseil d'administration des juges, la décision a été prise pour des «raisons de prudence» compte tenu de la confirmation de l'existence de négociations entre groupes parlementaires pour le renouvellement du Conseil, dont le mandat a expiré le 4 décembre 2018.

D'autres sources de la Plénière consultées par EL MUNDO ajoutent qu'il a été décidé de laisser en suspens les nominations discrétionnaires également en raison du manque d'accord entre les blocs progressistes et conservateurs pour nommer trois magistrats à la Chambre qui juge les diplômés à la Cour suprême. Les deux arguments ont eu du poids lors de la réunion tenue ce mardi au CGPJ.

En janvier dernier, le Conseil avait déjà décidé de paralyser la nomination des postes de magistrats dans la confiance d’une rénovation rapide de l’institution, une fois les Chambres constituées après les dernières élections générales et le Gouvernement formé.

Renouvellement, se rapprocher

L'accord de retrait des nominations de l'ordre du jour a été approuvé par 16 voix pour et 5 contre, celles des membres. Carmen Llombart, Nuria Daz, Ngeles Carmona, Mar Cabrejas et Wenceslao Olea. Llombart a annoncé la formulation d'un vote privé, auquel Daz et Carmona se sont joints.

Depuis la fin en décembre 2018 du mandat de l'organe directeur des juges, du président de la Cour suprême et du Conseil général de la magistrature,Carlos Lesmes, a été adressée par lettre à quatre reprises aux présidents du Congrès et du Sénat les exhortant à se conformer aux dispositions de l'article 568 de la loi organique 6/1985, du 1er juillet, du pouvoir judiciaire, qui établit que les présidents Les deux chambres doivent adopter les mesures nécessaires pour que le renouvellement ait lieu à temps.

Les sources de l'exécutif et du PP consultées par ce journal voient de plus en plus cet accord de renouvellement d'institution, bien qu'elles excluent sa survenance avant septembre. Cependant, les négociations se déroulent dans une discrétion et un secret absolus après la dernière tentative frustrée des socialistes et populaires de renouveler le corps, plaçant le magistrat comme président. Manuel Marchena.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *