Catégories
Actus culinaires

Le CGPJ ignore la pression du gouvernement et procède à six nominations suprêmes clés à une large majorité

Mis à jour

Mercredi,
30
septembre
2020

12h02

Le bloc conservateur et progressiste nomme trois présidents de la Chambre de la Haute Cour et trois juges de la Chambre qui juge les diplômés.

Le président de la Cour suprême et le CGPJ Carlos Lesmes, accompagnés ...

Le président de la Cour suprême et le CGPJ Carlos Lesmes, accompagnés du ministre de la Justice
EFE

Il n'y a pas eu de surprises et les groupes conservateurs et progressistes du Conseil général de la magistrature ont respecté le pacte qu'ils ont conclu hier pour nommer six postes clés à la Cour suprême, tout comme LE MONDE avançait.

Lors d'un premier vote, les magistrats Ángel Hurtado, Javier Hernández Oui Leopoldo Puente Segura Ils ont été nommés à une majorité confortable de 19 voix, selon des sources en plénière. Seulement deux voyelles, Alvaro Cuesta Oui Concepcion Sáez, ils ont voté en blanc, ce qui représente un quorum très important au sein du conseil d'administration des juges. Un total de 19 votes sur 21.

Le juge Hurtado est affecté à la chambre d'appel de la Haute Cour nationale. Il a notamment voté contre la décision de Gürtel – dont il était lui-même paradoxalement rapporteur – qui lui a coûté la présidence du gouvernement Mariano Rajoy. De son côté, le magistrat progressiste Javier Hernández, membre des juges et juges pour la démocratie, qui entrera à la chambre criminelle, occupe actuellement une place à la Cour supérieure de justice de Catalogne. Le nom le plus inconnu est Puente Segura, un candidat qui a obtenu le consensus des deux secteurs du CGPJ qui préside Carlos Lesmes après avoir été mélangé dans les négociations intenses les noms d'autres candidats sans succès. Ce magistrat progressiste modéré est actuellement affecté à la Cour supérieure de justice de Madrid.

Le conservateur Cesar Tolosa a été nommé ce mercredi nouveau président de la Chambre contentieuse administrative de la Haute Cour tandis que le magistrat Maria Luisa Segoviano a remporté la présidence de la Sala de lo Social et Jacobo Barja de Quiroga avec celui des militaires par 19 voix.

Premier président de chambre

Tolosa, membre de la Association professionnelle de la magistrature, occupera ainsi des places plus délicates du Suprême, puisque la Salle III est celle qui passe en revue tous les accords du Conseil des Ministres, des pardons aux décrets-lois. En faveur de ce magistrat a compté sa capacité de gestion accréditée en tant que président de la Cour supérieure de justice de Cantabrie, une affaire non négligeable dans une chambre qui a été brisée par le scandale hypothécaire et où l'actuel président, le magistrat, a été critiqué Luis Maria Díez-Picazo, pour son manque de capacité au cours des cinq dernières années lors de sa réalisation.

La magistrate María Luisa Segoviano devient la première femme présidente de la Haute Cour, brisant un plafond de verre qui a accompagné la Cour suprême au cours de ses plus de 200 ans d'histoire.

Enfin, Jacobo Barja de Quiroga a réussi à s'imposer à l'ancien procureur général de l'Etat et magistrat de la deuxième chambre Julián Sánchez Melgar. Barja de Quiroga a été membre du Conseil général de la magistrature entre 1996 et 2001 et magistrat du cabinet technique de la Cour suprême, rattaché à la deuxième chambre. Il a également exercé ses fonctions de premier magistrat du cabinet technique et de directeur du cabinet de la présidence du conseil général de la magistrature lorsqu'il était président de la Cour suprême. Gonzalo Moliner.

Avec ces nominations, approuvées par une grande majorité de membres, le CGPJ ignore le gouvernement qui a insisté jusqu'au dernier moment pour empêcher leur exécution. Cependant, les déclarations publiques répétées du ministre de la Justice Juan Carlos Campo remettant en cause le travail du conseil d'administration des juges, ils ont réussi à provoquer l'effet inverse de celui recherché: que le groupe de membres désignés par le PSOE pensait que plus que jamais ces nominations devaient être faites.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *