Catégories
Actus culinaires

L'Association des personnes touchées par le "squatting" est née avant ce qu'elles considèrent comme un "abandon du gouvernement"

Actualisé

Mardi,
8
septembre
2020

12:54

"Nous allons déplacer tous les mécanismes de l'état de droit pour que les droits des personnes touchées soient reconnus et que les dommages qu'il cause soient réparés"

Agents de police

Des policiers, après une de leurs actions pour mettre fin à un «  squat ''
JAVIER BARBANCHO

Les agents de sécurité de l'État exigent de l'exécutif des outils communs pour agir contre squat. Et le public se déplace également devant ce qui devient l'une de ses principales préoccupations.

Et pour cette raison, le Association des personnes touchées par le squat (AAO). «Nous allons déplacer tous les mécanismes de l'état de droit afin que les droits des personnes touchées soient reconnus et les dommages que le squat provoque », dit dans sa présentation sur le site son président, Toni Miranda.

"Nous devons changer les lois pour mettre fin à la squat, sans doute. Mais nous devons également exiger des comptes de tous ceux, personnes et institutions, qui dans ce dossier agissent au mépris de la primauté du droit, incitent au crime ou tergiversent dans leurs positions », ajoute-t-il.

La naissance de cette plate-forme intervient lorsque les agents de la sécurité de l'Etat exigent une unité de critères de l'Etat pour stopper ce phénomène. Ils réclament une sorte de «guide d'action» identique pour l'ensemble du territoire national et avalisé par la justice. De plus, ils préfèrent qu'il s'agisse d'instructions tirées du Procureur général de l'État et qu'ils étaient obligatoires pour tous les procureurs. De cette manière, ils estiment qu'une plus grande efficacité serait obtenue dans la lutte contre ces crimes et, en outre, les policiers seraient plus blindés dans leurs actions.

En ce qui concerne la plateforme citoyenne récemment créée, il est souligné que l’Administration "peut agir contre la squat. Lorsqu'ils sont intéressés, ils résolvent le problème immédiatement. Mais lorsque les personnes touchées sont des citoyens, elles sont abandonnées. Il y a des exceptions, de l'Association des personnes touchées par le squat, nous allons travailler pour les rendre normales ».

Cette nouvelle association considère que << l'Administration ne remplit pas sa fonction. Pour compliquer davantage la situation de nombreuses personnes touchées, nous constatons que des proclamations du Gouvernement sont lancées pour promouvoir l'acte illégal d'usurpation de logements et faire abstraction des souffrances et des dommages causés par Ceux qui voient leurs droits bafoués. Au plus fort de l'impudence politique. Nous assistons à de faux arguments qui tentent de soutenir juridiquement les actes punis Code pénal".

Cette association dénonce que le squat Il génère l'émergence de mafias vouées à l'extorsion des propriétaires. "Le mouvement de squat il est utilisé par des criminels de droit commun, qui voient l'usurpation impunie. Les mafias de la drogue ont trouvé dans le squat un système idéal pour installer de petites plantations qui ont une énorme consommation d'énergie que les citoyens paient, en payant l'électricité qu'ils nous prennent avec leurs connexions illégales au réseau », ajoute son président.

Il dénonce que l'administration est responsable à partir du moment où elle inhibe ses responsabilités, laissant les citoyens qui voient leurs droits violés.

<< L'administration publique abandonne clairement ses fonctions et méprise sa responsabilité de gérer une politique du logement qui résout les problèmes précaires, qui existent, mais que ces politiciens ne veulent pas aborder. La société civile doit agir pour défendre les droits des citoyens, que notre administration ne protège pas. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *