Catégories
Actus culinaires

La tragédie du garçon de 17 ans qui a vu 16 autres immigrants morts jetés par-dessus bord de son bateau

Un garçon de 17 ans est pris en état de "choc" dans un centre pour mineurs de Grande Canarie après avoir survécu à un voyage de quinze jours dans l'Atlantique, à la dérive, dans lequel 16 de ses 25 compagnons patera ont péri l'un après l'autre de faim et de soif et ont été jetés par-dessus bord.

C'est un type de tragédie de plus en plus fréquent sur la Ruta Canaria, dans laquelle de nombreux jeunes Africains risquent de traverser des centaines de kilomètres en pleine mer dans des bateaux fragiles, mais dont les détails transcendent rarement; seulement quand il y a des survivants et s'ils ont le courage de le dire.

L'histoire de ce jeune homme a été recueillie par Abin Montesdeoca, l'un des pédiatres affectés par le Service de santé des îles Canaries (SCS) aux équipes qui effectuent des tests de coronavirus sur ceux qui viennent d'arriver dans les îles de Patera. Sa mission est les mineurs.

Dans ce cas, il s'agissait de réaliser le PCR les mineurs qui avaient débarqué à l'embarcadère d'Arguinegun entre le 19 et le 20 octobre: un lundi et mardi frénétiques au cours desquels Salvamento Marimo a transféré plus de 800 personnes dans ce port, à partir de 40 bateaux et canoës différents.

«La police nous avait envoyé une lettre officielle à l'époque, avec la liste des mineurs qui étaient arrivés. Ils les avaient enregistrés comme étant arrivés à Arguinegun et avaient été dirigés vers un centre. Mais ce garçon n'était pas là. J'en suis venu à penser réseaux familiaux ici et peut-être s'est-il échappé du quai, chose difficile, voire impossible », raconte-t-il à Efe Montesdeoca.

Neuf jours plus tard, les pédiatres ont reçu l'avis que le garçon qu'ils recherchaient venait d'entrer dans un centre pour mineurs de Grande Canarie, ils sont donc allés l'évaluer. Et le garçon leur a raconté son histoire, "totalement abattu physiquement et psychologiquement".

Le garçon a expliqué au pédiatre qui l'a soigné qu'il ne savait ni lire ni écrire, car il est allé travailler à onze heures pour aider sa famille dans un village du Maroc, après la mort de son père. Il était le seul homme de la maison et il assumait l'obligation de prendre soin des siens.

Début octobre, lui et six de ses cousins ​​ont décidé de trouver une vie décente en Europe, ils se sont organisés et ont réussi à monter sur un bateau pour les îles Canaries, ce qui Il est parti avec 26 occupants d'un endroit sur la côte entre le cap Bojador et Dakhla.

«Ces bateaux n'appartiennent pas à beaucoup de monde et, avec un bon moteur, la traversée prend deux à trois jours, mais ils se sont perdus, leur GPS s'est cassé et ils ont été laissés à la dérive. Ils ont passé quinze jours en mer. nourriture, l’eau s’est épuisée », dit Abin Montesdeoca.

Ces jours-là, un autre jeune marocain qui se vante de ses 24500 followers sur Instagram a décidé qu'il serait peut-être amusant d'enregistrer une excursion en bateau vers les îles Canaries. Il s'est embarqué dans un, a enregistré le voyage sur son mobile et, à son arrivée à la plage de Famara, à Lanzarote, a téléchargé des images de garçons souriants au milieu de la mer sur le réseau social qui a reçu de multiples critiques, car ils semblaient prendre ce type d'expérience. vous traversez comme une aventure entre collègues.

C'était le 9 octobre. Selon le récit que le pédiatre Montesdeoca a recueilli, son patient et ses 25 compagnons de patera déjà ils étaient perdus depuis plusieurs jours et le désespoir faisait rage à bord, parce que la nourriture et l'eau étaient rares, si elles n'étaient pas déjà épuisées.

Certains ont commencé à boire de l'eau de mer, qui rassasie un instant, mais accélère la déshydratation. Ils ont été les premiers à mourir. D'autres sont devenus si désespérés qu'ils ont essayé d'apaiser leur faim en rongeant les planches du bateau.

Selon le récit de cet adolescent, 16 personnes ont péri, les unes après les autres, jour après jour; parmi eux, ses six cousins. "Imaginez prendre la décision de jeter les cadavres par-dessus bord. Ils sont à court de nourriture, à court d'eau … Je pensais qu'ils allaient mourir, car ils étaient tous mourants", raconte le pédiatre à Efe.

Le jour où ce garçon dit qu'il a été sauvé parce qu'ils ont été retrouvés en mer, le Guardamar Polimnia a sauvé une patera avec 15 magrebes, dont un mineur. C'était peut-être le sien, mais son récit correspond davantage à un sauvetage le lendemain qui a en fait commencé le 19, lorsqu'un cargo, le Wadowice II, a trouvé un bateau à la dérive à 400 kilomètres des Canaries avec 10 hommes à bord et un cadavre, qu'il a remis plus tard au Guardamar Tala.

L'Agence EFE a tenté de confirmer si l'un de ces deux était le bateau du jeune homme, mais pour le moment sans succès. La Direction générale de la protection des enfants du Gouvernement des îles Canaries a confirmé que le garçon est hébergé dans un centre pour mineurs et que va recevoir une assistance psychologique, car il est "en état de choc" après avoir vécu une expérience "terrible".

L'histoire de ce garçon se poursuit sur le quai d'Arguinegun, dans le camp de la Croix-Rouge où plus de 1000 personnes ont passé la nuit ces jours-là, après des jours de sauvetages effrénés. Le pédiatre soupçonne que le chaos qui a été vécu cette semaine-là en raison de la succession continue de sauvetages a contribué au fait que l'arrivée de ces dix survivants n'a pas attiré autant d'attention, car il estime qu'ils doivent être arrivés écrasés, rampants, dans un état où, dans d'autres circonstances, ils auraient été dirigés vers un hôpital.

En fait, il souligne que lorsqu'il a vu le garçon, après neuf jours, il lui était difficile de se lever. "Il est sûrement resté sur le quai dans le coin d'une tente. Il ne serait pas mort par miracle. Quelqu'un l'aura nourri, hydraté et soigné ces jours-là, car il serait sûrement dans une situation terrible. Là, il est resté tout ce temps sans personne. Je savais que je l'étais », ajoute-t-il.

Ce matin, le garçon a dit que dès son arrivée, il avait été transféré dans un centre de santé pendant quelques jours. Mais aussi que, dès sa libération, il a été renvoyé au premier camp d'accueil de la Croix-Rouge sur la jetée d'Arguinegun.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *