Catégories
Actus culinaires

La santé abaisse les critères de fermeture des salles de classe par Covid

Partager une salle de classe à l'école ou à l'institut ne fait pas de vous un "contact rapproché" dans le cas où une contagion est confirmée parmi les étudiants et, par conséquent, les centres ne sont pas obligés de confiner le groupe auquel appartient ce positif. Une modification du guide des établissements d'enseignement élaboré par le ministère de la Santé réduit dans la pratique les critères justifiant l'enfermement, car elle limite le risque de contagion réelle des élèves à ceux qui n'ont pas fait un «usage adéquat» du masques.

Le document technique "Guide d'action en cas de cas de Covid-19 dans les centres éducatifs" Il a été révisé le 24 septembre, introduisant deux changements fondamentaux. D'une part, il réduit la durée des quarantaines dans la communauté éducative à 10 jours, en appliquant le changement général de critères du ministère de la Santé. Et, d'autre part, il intègre quelques clarifications concernant la définition des «contacts étroits» et leur identification.

Ainsi, il établit que si le cas confirmé appartient à un groupe de coexistence stable (GCE), toutes les personnes appartenant au groupe sont considérées comme des «contacts étroits». Les groupes de coexistence stables sont ceux qui peuvent socialiser et jouer les uns avec les autres sans maintenir une distance de sécurité, bien qu'ils doivent éviter tout contact avec d'autres membres de la communauté éducative en dehors de ce groupe.

Mais, si le cas confirmé appartient à une classe qui n'est pas organisée en CME, seuls les élèves qui, ayant partagé un espace avec la personne infectée à une distance de moins de 2 mètres, pendant plus de 15 minutes, n'ont pas fait un «bon usage» du masque.

En d'autres termes, le ministère de la Santé suppose que le masque protège de la contagion dans les centres éducatifs même si la classe est partagée avec un positif sans garder la distance de sécurité et pendant toute la journée d'école (jusqu'à six heures).

Dans la version précédente du même document, datée du 24 août, la Santé ne définit pas avec une telle spécificité la notion de contact rapproché et, pour son identification, sa classification et son suivi, se référer à "ce qui est établi dans chaque communauté autonome" et "aux critères de la Détection précoce, surveillance et stratégie de contrôle"Dans ce dernier document, nous sommes à nouveau référés à la Guide pour agir dans les centres éducatifs, en un boucle de protocole difficile à démêler. C'est probablement pourquoi Health a décidé de clarifier les concepts dans son examen.

Critères plus laxistes en Andalousie

Le fait est que cette qualification de la définition du «contact étroit» a permis à des communautés comme l'Andalousie d'appliquer des critères plus laxistes pour la détention dans les centres éducatifs. En fait, dans les instructions envoyées en début de cours à tous les centres par le Conseiller pédagogique, il a été précisé qu'en cas de confirmation d'un cas positif, les familles de tous les élèves d'une même classe étaient immédiatement prévenues de venir chercher leurs enfants et d'être informées de l'obligation de rester à la maison en quarantaine.

"Nous procéderons à la prise de contact avec les familles des élèves de la même classe, afin que normalement et de manière échelonnée, elles procèdent à la prise en charge des élèves, en maintenant les mesures de protection (masque et éloignement physique). mise en quarantaine, sans préjudice du fait que les soins de santé primaires contacteront chacun d’eux ». Ceci est précisé dans le guide préparé par le Ministre de la santé et envoyé à tous les centres éducatifs avant le début des cours.

De plus, il est ajouté que "dans le cas d'un cas confirmé chez un élève ou un enseignant, des contacts étroits seront considérés tous les élèves et le professeur principal de la même classe ou du même groupe ".

Ces derniers jours, cependant, comme ce journal l'a appris, certains centres ont reçu des instructions contraires à ce protocole, exhortant à ne pas prendre de mesures impliquant la fermeture de salles de classe malgré la confirmation de l'existence d'une contagion parmi les étudiants ou Les enseignants.

Le Ministre de la Santé, contacté par EL MUNDO, a expliqué que ce changement de critères répond à la réforme introduite dans le protocole d'action revu par le Ministère de la Santé.

La question qui se pose désormais aux enseignants est de savoir ce qui est considéré comme une «utilisation appropriée» des masques et, surtout, ils se demandent si tous les masques, quel que soit leur degré de protection ou leurs caractéristiques techniques, sont considérés comme également sûrs. il est temps de minimiser le risque de contagion entre étudiants qu'ils n'ont pas gardé la distance minimale de 2 mètres.

La révision du guide des centres n'aura pas nécessairement la même répercussion dans toutes les communautés car chacune a appliqué les directives générales de santé selon ses propres critères. Ainsi, par exemple, dans le Communauté de Murcie Il n'y a actuellement pas de salles de classe fermées malgré le fait que des infections aient été enregistrées, mais la situation est traitée par d'autres mécanismes de prévention qui n'impliquent pas l'isolement total des groupes affectés. En règle générale, la plupart des communautés décrétent la fermeture des salles de classe en cas de 1 ou 2 infections, comme le faisait la Junta de Andaluca jusqu'à cette semaine.

93,39% des centres sans covid en Andalousie

En Andalousie, le ministre de l'Éducation a rapporté ce vendredi que 93,39% de ses centres éducatifs andalous sont «exempts» de coronavirus. Au 24 septembre, 10 centres ont été fermés (0,14% des 7 099 centres communautaires), 459 salles de classe (0,58% des 78 024) et 21 réouvertures ont été effectuées.

À Malaga, il y a eu quatre fermetures complètes sur un total de 1209 centres (0,3%), la fermeture partielle de 86 salles de classe de 14270 (0,60%) et trois réouvertures, tandis qu'à Séville, trois fermetures complètes ont été effectuées. sur un total de 1 624 centres (0,18%), la fermeture partielle de 154 salles de classe de 18 439 (0,83%) et 11 réouverture. Le Conseil a également annoncé ce vendredi une épidémie détectée dans le CEIP Fernando Feli de Gerena (Séville), avec 19 cas confirmés (17 élèves, un enseignant et un membre de la famille).

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *