Catégories
Actus culinaires

La pression augmente pour que les syndiqués rejoignent les hôpitaux

Mardi,
27
octobre
2020

20:31

L'hôpital de la Virgen del Roco affirme qu'il «apprécierait» qu'ils soient mis à la disposition des centres. Il demande également à des volontaires d'autres unités de rejoindre les équipes Covid

Tests diagnostiques

Tests diagnostiques du coronavirus lors d'un dépistage en population générale réalisé à Cordoue.
EFE

L'augmentation de la pression sur les hôpitaux en raison de l'augmentation des revenus de Covid génère également une escalade de tension entre la direction des centres et les organisations syndicales qui se plaignent du manque de matériel de protection adéquat pour réduire la contagion des professionnels et demandent des renforts pour éviter la surcharge de travail dont souffre déjà la main-d'œuvre. Pour sa part, de la direction de Service de santé andalou (SAS) Les représentants syndicaux subissent des pressions pour qu'ils renoncent à leurs heures de libération et reviennent à leurs postes d'origine, comme cela a également été demandé lors de la première vague de la pandémie.

C'est ainsi qu'il a été revendiqué ce mardi, par exemple, par la direction de la Virgen del Roco, le plus grand hôpital de la communauté autonome, qui est au bord de la saturation en raison du fait que les revenus ont explosé ces dix derniers jours. Par un communiqué de presse, l'hôpital détaille comment les équipes de soins Covid sont renforcées avec des professionnels de toutes les unités et ajoute qu'il apprécierait la collaboration des professionnels syndicaux libérés, qui seraient les bienvenus dans ces équipes de professionnels Covid ou en toute autre tâche d'assistance s'ils présentent leur disposition et leur disponibilité, compte tenu de la situation exceptionnelle que cette pandémie entraîne.

Dès la première vague, le gouvernement andalou a lancé un appel explicite aux syndicats pour qu'ils mettent leurs affranchis au service des besoins des centres. Un mois après cet appel, le ministre de la Santé ont signalé que parmi les personnes libérées à temps plein (celles qui ne travaillent que pour le syndicat), seuls 23 bénévoles s'étaient inscrits pour reprendre du service.

Dans la même lettre, l'hôpital détaille les changements qui sont introduits dans l'organisation de la main-d'œuvre pour soigner les patients Covid et apprécie la mise à disposition des professionnels, qui renoncent aux permis et aux réductions d'heures de travail en raison de la gravité de la situation.

De cette façon, il est expliqué que l'hôpital dispose déjà d'une équipe multidisciplinaire de 44 professionnels de la santé qui s'occupent des patients admis à la fois dans le service et dans le service. Unité de soins intensifs (USI). L'intention de la direction est d'augmenter cette équipe de personnel médical pour atteindre 70 professionnels et pour cela elle a fait appel à des médecins d'autres spécialités.

Les soins dans les étages d'hospitalisation sont assurés, en premier lieu, par les spécialistes des maladies infectieuses, de la médecine interne et de la pneumologie, dans cet ordre, explique la direction dans sa lettre. Les premiers professionnels bénévoles des spécialités de Cardiologie, Néphrologie, Neurologie, Digestive et Endocrinologie ont rejoint cette équipe alors que les infections augmentaient en septembre dernier.

Tout au long du mois d'octobre, d'autres professionnels ont également rejoint ces équipes et cette semaine des volontaires ont été sollicités parmi des chirurgiens de différentes spécialités. Quant à l'unité de soins intensifs, des renforts ont été demandés parmi les anesthésiologistes, afin qu'ils rejoignent également les unités Covid dès novembre.

Tous ces ajouts se font au prorata des ressources dont dispose chaque unité, pour garantir qu'ils peuvent continuer à soigner des patients ayant d'autres problèmes de santé, explique la direction. Et tous reçoivent une formation sur Protocoles de soins Covid et aussi pour la prévention des contagions. L'hôpital souligne que les données sont suivies quotidiennement et que la situation est évaluée pour donner une réponse rapide à la situation réelle de la pandémie.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *