Catégories
Actus culinaires

La justice ratifie la condamnation de Pablo Echenique pour l'embauche irrégulière de son assistant

Mardi,
vingt
octobre
2020

18:54

Ayant retiré son recours devant la Cour suprême, le porte-parole de United We Can doit payer à la Sécurité sociale une amende de 11040 euros

Pablo Echenique, lors d'une conférence de presse au Congrès des députés.

Pablo Echenique, lors d'une conférence de presse au Congrès des députés.
EFE BASSIN

Le porte-parole de United We Can au Congrès des députés, Pablo Echenique, devra certainement payer 11040 euros de sanction à Sécurité sociale pour l'embauche irrégulière de son assistant.

Echenique s'est retiré du recours qu'il avait présenté à la Cour suprême fin 2019 contre la condamnation prononcée des mois auparavant par le Cour supérieure de justice d'Aragn (TSJA).

Les sources officielles de la Cour suprême, citées ce mardi Heraldo.es, ont confirmé que le politicien a pris une telle décision avant de se prononcer sur l'opportunité de traiter l'appel ou non.

De cette manière, Echenique devra faire face à la sanction économique qui lui a été infligée par la Sécurité sociale, qui a constaté qu'il existait une relation de travail entre l'homme politique et le travailleur et, par conséquent, il n'a pas respecté la loi en ne l'ayant pas enregistré.

Le dossier ouvert s'est terminé par un certificat de liquidation de 1039 euros, auquel s'ajoute une amende de 10 001 Inspection du travail considérant qu'il a commis une infraction très grave.

Paiements noirs

Il a été confirmé qu'Echenique a payé son assistante «en noir» en deux périodes, de septembre 2011 à juin 2012 et de mars 2015 à avril 2016.

La sanction susmentionnée est limitée à la deuxième étape, puisque plus de quatre ans s'étaient écoulés depuis la première infraction légale, qui l'avait prescrite.

En octobre 2017, le Trésorier général La sécurité sociale a eu recours aux tribunaux et aux Tribunal social numéro 2 de Saragosse d'accord avec lui en première instance en janvier 2019.

Le tribunal comprend que s'il s'agissait d'une prestation de services entre Echenique et son assistant, des factures auraient dû être émises, mais le politicien n'en a pas fourni.

Par conséquent, le juge a décidé qu'il aurait dû inscrire son assistant dans le régime des travailleurs domestiques, auquel contribuent les travailleurs qui s'occupent de personnes à charge.

Le porte-parole parlementaire de United We Can a alors fait appel à la TSJA, qui a rejeté en septembre 2019 toutes les raisons de sa contestation.

Par son recours devant la Cour suprême, le politicien a demandé "l'unification de la doctrine", car sa défense soutenait qu'il y avait un autre jugement du Cour supérieure de Madrid de signe différent sur un cas qui comprend qu'il est similaire. Cependant, il a maintenant renoncé à poursuivre l'appel.

"Une injustice évidente"

De l'équipe de Pablo Echenique, ils justifient leur façon de procéder, arguant que la plupart des lois sur la dépendance, celle de l'État et celle de nombreuses communautés autonomes, ainsi que les guides d'associations et d'entités du secteur, indiquent que l'embauche d'assistants personnels des personnes dépendantes peut être réalisée à travers la figure des indépendants. "Cependant, Pablo Echenique est condamné à une amende pour avoir fait précisément cela, encourant une injustice évidente et plaçant des milliers de familles avec des personnes à charge qui sont sûrement dans la même situation dans une grave insécurité juridique", selon des sources proches du porte-parole de United We Can .

Ils soutiennent que leurs soupçons selon lesquels «Pablo Echenique est poursuivi pour qui il est» résident dans le fait qu'aucune jurisprudence n'a été trouvée, des condamnations antérieures similaires. "Peut-être Pablo Echenique est-il la première personne à charge contre qui il est agi de cette manière en Espagne. C'est pourquoi il a été décidé de retirer l'appel. Parce qu'il n'y avait pas de précédent. Bien sûr, Pablo Echenique continue d'étudier les voies juridiques possibles pour renverser cette l'injustice, qui en plus de contre lui, ouvre la porte à de nombreux préjudices aux personnes dépendantes et à leurs familles. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *