Catégories
Actus culinaires

La Galice et le Pays basque face aux élections les plus difficiles de leur histoire à cause du coronavirus

Elections galiciennes et basques

Vendredi,
dix
juillet
2020

21:56

Des centaines de citoyens ne pourront pas voter et la peur grandit dans le PP et le PNV que l'abstention met en danger les victoires de Feijo et Urkullu

Deux j

Deux jeunes masqués passent devant plusieurs affiches électorales, ce vendredi, à Foz (Lugo).
EFE

La Galice et le Pays basque font face aux élections les plus étranges de leur histoire ce dimanche, avec des électeurs confinés à leur domicile, des tables électorales dans les rues et un vaste dispositif de police et de personnel auxiliaire pour éviter la foule devant les écoles, qui étaient autrefois tenues comme signe de participation au parti de la démocratie.

La liturgie d'un jour électoral s'est transformée en un état de semi-alarme sanitaire, avec des flambées comme celle de Maria (Lugo) ou celle de Ordizia (Guipzcoa), qui accumulent des centaines de positifs, et l'apparition de nouveaux, comme celui de ce vendredi en Vitoria.

Les présidents qui aspirent à la réélection, Alberto Nez Feijo et Iigo Urkullu, ont assuré que le droit de vote est garanti, bien qu'il y aura des exceptions en raison de la pandémie de coronavirus.

Ce vendredi, le ministère de la Santé basque a interdit à près de 200 personnes infectées de voter, en application de ce qui a été décidé par le Conseil électoral central, qui a exclu les suspensions partielles des élections – comme certains partis de La Maria le demandent – mais a approuvé qu'ils ne peuvent pas voter "de petits segments de la population pour des raisons sanitaires suffisamment justifiées" pour qu'ils n'exercent pas le droit de vote. En Galice, le nombre de personnes touchées est de 259.

Feijo: "Prêtez-nous 15 minutes et votez"

Outre ces limites, l'effet que la situation peut avoir sur la participation est inconnu, en particulier dans la population la plus vulnérable au coronavirus, comme les électeurs traditionnels plus âgés du PP et du PSOE en Galice, et de ces mêmes partis et des PNV au Pays Basque. "A tous ceux qui peuvent entrer dans un magasin, un restaurant, un café, des gens qui peuvent même, avec modération et en toute sécurité, profiter de la vie nocturne, je suggère qu'ils nous prêtent 15 minutes à la Galice et se rendent à voter ", a déclaré Feijo, craignant qu'une partie de la population (et son électorat) ne se rende dans les bureaux de vote en raison du risque de contagion, dont les conséquences sur le résultat des élections seraient incertaines.

Une faible participation pourrait renverser la tendance, ce qui prévoit une victoire dévastatrice pour le PP en Galice et le PNV au Pays basque. C'est, en fait, la seule chose que vous pouvez faire, sur la base des données de toutes les enquêtes publiées. Dans les populaire Les galiciens ont installé ces derniers jours cette peur de l'abstention. Il en va de même au Pays basque, où le PNV et EH Bildu sont particulièrement concernés.

Voisins d'Ordizia (Guip "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/07/10/15944105581418.jpg
Voisins d'Ordizia (Guipzcoa), avec masque.EFE

Comme Feijo, le président du PNV, Andoni Ortuzar, a appelé ce vendredi également lors du dernier acte de campagne à participer aux élections: "Il y a des gens qui peuvent être empêchés d'aller voter. Il y a ceux qui, aussi, de manière irresponsable parce qu'ils préfèrent l'abstention pour vaincre, ils ont peur. N'ayez pas peur. Voter est sûr. Je vais y aller. "

Les mesures visant à garantir la sécurité dans l'exercice du droit de vote varieront. Des règles spécifiques ont été établies pour les citoyens sous observation, il est recommandé de prendre le vote de la maison pour rester le moins de temps possible dans les écoles, il y a des cas où des tables seront placées dans les rues (comme à Ordizia, une des flambées de Covid-19 au Pays basque) et la priorité sera donnée aux personnes âgées et aux autres groupes à risque.

BNG, deuxième force en Galice?

La peur de l'abstention, cependant, semble s'être accrue surtout dans le PP galicien. Les personnes âgées sont une niche de parti dévouée de votes, donc une démobilisation possible en raison de la peur du coronavirus fait trembler de nombreux dirigeants populaire.

Feijo a précisément fait de sa gestion de crise l'un de ses axes de campagne – la Galice a été la première communauté à accéder à la nouvelle normalité – mais l'épidémie de La Maria a placé la communauté au centre de la vague de les flambées et les partis d'opposition ont alimenté les doutes appelant à la suspension des élections dans les régions touchées.

Les socialistes, en revanche, sont confrontés à l'examen de la gestion de la pandémie du gouvernement de Pedro Snchez. Leur progression dans les sondages a été interrompue en mars, lorsque la crise a commencé, et ce dimanche, ils peuvent être dépassés par le BNG en tant que deuxième force politique.

Enfin, le Covid-19 a également grandement compliqué le vote de l'étranger, qui peut déterminer les derniers sièges dans les deux communautés autonomes. Correos a reconnu les difficultés pour que ces votes parviennent au Pays basque et en Galice avant le décompte officiel, prévu la semaine prochaine.

Dans le cas basque, ce journal a accepté un rapport envoyé par le secrétaire général des Postes, Julio Gonzlez, dans lequel il admet qu'il sera presque impossible de garantir les bulletins de vote des électeurs résidant à Cuba et au Venezuela, et regrette le peu de collaboration de l'extérieur.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *