Catégories
Actus culinaires

La Fiscala cherche un pacte avec les avocats de l'ETA

Jeudi,
9
juillet
2020

01:36

Le ministère public veut le respect de ceux qui ont gardé les plans de la Cour nationale

Arantza Zulueta, lors de son arrestation

Arantza Zulueta, lors de son arrestation par la Garde civile en 2014.
PRESSE ARABA

Le procureur de la Cour nationale cherche à parvenir à un accord avec la gauche abertzale clore par un jugement de conformité le dernier grand procès qui a jusqu'à présent affecté l'ensemble de l'environnement ETA.

Selon des sources de l'institution, au moins deux procureurs de l'Audiencia, dont le lieutenant fiscal, ont expliqué à ce journal Miguel CarballoIls ont déjà tenu une première réunion avec les représentants des accusés dans la procédure contre les avocats de l'ETA, l'une des affaires les plus importantes en instance et qui a été reportée en raison de l'effet du coronavirus. Le processus de négociation est ouvert. La salle d'audience chargée de poursuivre l'exécution de l'affaire a été informée de ces réunions.

Les procureurs se sont rencontrés début juillet avec, entre autres, l'avocat Jone Goirizelaia, l'une des personnes en cause pour la défense de l'accusé. Et, selon ces sources, ils ont laissé dans l'attente des progrès dans de nouvelles négociations visant à un accord pour parvenir à une décision de conformité.

Pour cela, ils doivent approuver le reste des accusations portées au nom des associations de victimes. Malgré le fait que les représentants de la gauche abertzale ils assurent à la Cour qu'ils ont déjà contacté les accusations, tant le AVT Comment Dignité et justice Ils ont répondu à la salle d'audience que ce contact n'avait pas eu lieu. Dignidad y Justicia est allé plus loin et a assuré qu'il s'agit d'un mensonge absolu de telles formations car aucune association n'a eu de contact avec ladite représentation judiciaire.

La représentation procédurale qui se cache derrière cette manœuvre procédurale exerce la défense de Arantza Zulueta, l'un des avocats les plus emblématiques de l'environnement ETA. Au cours de l'opération menée par la Garde civile, dans le bureau de Zulueta, les agents d'information ont découvert les plans de la Cour nationale elle-même. Les enquêteurs ont soutenu que ces plans pourraient finir par être détenus par les commandos de l'ETA, toujours actifs lorsque l'opération contre l'ensemble du réseau de défense juridique de l'ETA, étroitement liée au front de la prison, a été menée. Il attend également des poursuites dans cette action. Jon Enparantza, un autre des représentants les plus emblématiques de cette structure à gauche abertzale.

Les accusations nient avoir été informées de ces «négociations»

Tous deux ont participé à la soi-disant Devant Makos, également démantelé par la garde civile, et qui a abouti à une condamnation de conformité. À cette occasion, ils ont reconnu leur lien avec les structures de l'ETA. Ils ont admis qu'à partir de 2012, le front de la prison était composé de Herrira (successeur de Askatasuna), le groupe des avocats (remplissant des fonctions d'assistance juridique, mais aussi de contrôle et d'influence politique sur les détenus), Etxerat (qui s'occupe de l'environnement social et familial des détenus), Jaiki Jaidi (qui est en charge de l'assistance médicale aux détenus) et du collectif de détenus EPPK, dont les défendeurs faisaient partie. Zulueta a été condamné à trois ans, six mois et 17 jours et à Enparantza, deux ans, sept mois et trois jours. Après quatre mois, les deux ont été libérés. Les actions de la Garde civile se sont déroulées en trois phases nommées Échec et mat et Berger.

Dans l'affaire en instance, l'ancien sénateur est également inculpé. abertzale Iaki Goioaga.

Ce qui reste à juger, c'est la structure Halboka. En 2002, le Front des prisons ou Front de Makos de l'ETA a été remplacé par la structure Halboka (abréviation de Hornak Apurtuz Laster Borrokalariak Kalea / Breaking the Walls Soon Street Fighters). Halboka est donc une structure pleinement intégrée au sein du groupe terroriste ETA, qui se consacre principalement à la gestion de tout ce qui concerne les prisonniers et ex-prisonniers de l'ETA, comme le soulignent les écrits des accusations. Cette structure du Front juridique ETA était en 2010, physiquement centralisée dans deux cabinets d'avocats: l'un, celui d'Arantza Zulueta, et le second celui de Jon Enparantza.

Les accusations citent une dizaine d'avocats de gauche accusés abertzale. Les avocats des accusés ont demandé un report au tribunal chargé de les juger pour voir s'ils parviennent à cet accord.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *