Catégories
Actus culinaires

La femme qui a fait sortir les victimes de l'ETA de la grotte du silence

Mardi,
6
octobre
2020

01:29

La journaliste Mara Jimnez rassemble dans un livre les réalisations d'Ana Mara Vidal-Abarca, fondatrice de l'Association des victimes du terrorisme

Ana Mar

Ana Mara Vidal-Abarca, au centre, lors d'un hommage à son mari dans la lave en 2012.
JUSTY GARCIA KOCH

C'était à son tour de subir le froid de la terreur. Et le silence d'une société qui dans ces durs années de plomb elle était recroquevillée et malade. Quand son mari a été assassiné, Ana Mara Vidal-Abarca Il a décidé qu'il ferait tout son possible pour que ceux qui avaient perdu leurs proches ne traversent pas ce que tant de familles avaient vécu, qu'ils atteignent des situations économiques et sociales extrêmes et qu'ils ne restent pas sans voix dans la grotte de l'oubli. Et il a montré son visage. Et, pas à pas, avec peu de soutien, il a présenté une Fraternité qui est devenue la Association des victimes du terrorisme.

Mais pas seulement ça. J'ai échangé un silence social contre le soutien du public. Il a fait les premiers pas pour que la société civile se souvienne que derrière chacune des victimes de l'ETA il y avait des veuves, des enfants avec des pensions misérables, dans bien des cas, sans possibilité de sortir d'une société, celle basque des années 80, très compliquée pour les victimes.

"Une société qui à l'époque a transformé les victimes en suspects, a stigmatisé les familles brisées par le terrorisme et obligé certains proches à donner même des explications sur le bilan immaculé des assassinés, comme si l'accusation selon laquelle ETA verta contre lui, qu'il soit fasciste, confident ou simplement ennemi, avait la catégorie de la vérité incontestable », décrit-il Mara Jimnez, journaliste et écrivain, dans son travail Ana Mara Vidal-Abarca, courage face à la terreur.

Voix au tribunal

Ana Mara est devenue une courage de femme qui a brisé tous les moules. Près de Isabel O'Shea Oui Sonsoles lvarez de Toledo, ils ont créé une association qui a non seulement aidé les victimes, mais a également servi à leur donner une voix devant les tribunaux qui à l'époque évitaient leur présence dans les procès.

Mara Jimnez Ramos a publié la biographie de cette femme dans laquelle elle décrit non seulement avec précision et affection la vie du fondateur de l'AVT, mais décrit également en détail toute une période noire de l'histoire de l'Espagne, une période qui a laissé des centaines de tué par ETA dont l'auteur n'a pas encore été élucidé.

C'est en 1980 que tout le mouvement des victimes a commencé à prendre forme. Ana Mara a perdu son mari la même année. ETA assassiné Jess Velasco, Chevalier Commandant et Chef du Corps de Lava Mions. Ana Mara avait 41 ans et quatre filles.

Il a transformé sa vie en une revendication des victimes, de leur dignité et une demande de justice. Et ni le cours ni le rythme ne variaient, quel que soit le responsable du gouvernement. Il ne se souciait pas de se battre avec le PSOE qu'avec le PP. C'était à son tour de voir comment le commando qui avait assassiné son mari était entièrement composé de terroristes qui avaient bénéficié de l'amnistie de 1977. Mara Jimnez se souvient à quel point la campagne populaire lancée a été la clé de l'implication de la société dans la reconnaissance des victimes. du journal Abc.

Approche avec l'Église

Le journaliste raconte que le premier don a été fait Don Juan, le grand-père de l'actuel roi d'Espagne Felipe VI. Et il a aussi des détails et une sensibilité comme c'est courage de femme discutez de la même chose avec un politicien qu'avec un juge ou un procureur, ou avec l'Église elle-même. Et il raconte ses désaccords avec les prêtres basques, ceux qui à plusieurs reprises ont refusé d'accomplir des charges pour les assassinés. Et il raconte son voyage à Rome avec une délégation de l'AVT pour voir le Pape, puis Jean-Paul II. Et comment, après cette visite, les relations de l'Église avec les victimes ont changé et qu'il y a eu, dans un seul but, un rapprochement.

Ongle courage femme qu'à l'enterrement de son mari, avec le cercueil devant, elle le congédia avec un cri de Vive l'Espagne qu'il anticipait déjà le combat qu'il allait mener et la victoire sociale. Je n'ai jamais cherché à me venger. Juste justice.

Vidal Abarca a toujours essayé de signaler tout épisode de discrimination positive contre les prisonniers de l'ETA, il s'est battu contre tous les avantages de la prison. Et ils ont fait face à chaque fois que les gouvernements ont pris les chemins de la négociation, du rapprochement et de la libération. Ses principes étaient clairs et inébranlables.

Et quand Vidal-Abarca a décidé de se battre, il l'a fait sur le terrain. La moitié de l'Espagne a été parcourue, assistant aux funérailles des victimes de l'ETA, les contactant, essayant de les aider à aller de l'avant, car beaucoup d'entre elles étaient complètement impuissantes, avec des pensions misérables. Écrivez des lettres aux victimes pour vous mettre à leur disposition.

J'ai les pensions

«Je veux que vous sachiez qu'en tant que femme militaire, je pleure avec vous des larmes qui ne sont pas vues mais qui sont contenues dans le cœur et ne sortent pas parce qu'en tant que femmes étroitement liées à l'armée, nous savons qu'il n'y a pas d'honneur aussi élevé pour elles que de savoir qu'elles ont la vie et son sang pour l'Espagne », a-t-il souligné dans une de ces lettres qui comprend l'œuvre de Mara Jimnez.

Et c'est elle qui a conduit de son association que l'Etat, enfin, accorde des pensions décentes aux veuves des assassinés.

Et le tout, avec tempérance, simplicité, main gauche… Sans perdre son sang-froid, d'une éducation exquise, sans élever la voix, mais sans reculer. Capable de se rendre au bureau du procureur général de l'État pour exiger qu'il agisse après la publication d'une déclaration de l'ETA, la considérant comme une apologie du terrorisme. Bataille que j'ai perdue, comme beaucoup. Mais il était persévérant et n'a jamais cessé de donner ce qu'il croyait juste pour les victimes.

Mais il en a également gagné d'autres au retentissement. Guerre avec le gouvernement pour que l'État accorde des subventions aux victimes du terrorisme. Cela n'a pas été facile mais cela a été réalisé. Et cela a été réalisé par cette femme dont l'héritage est toujours dans les mémoires des milliers de personnes dont la vie a changé par le terrorisme.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *