Catégories
Actus culinaires

La Cour suprême annule la condamnation d'Arnaldo Otegi pour intégration dans une organisation terroriste dans l'affaire Bateragune

Vendredi,
31
juillet
2020

14:47

Le tribunal a adopté cette décision après que la CEDH a condamné l'Espagne pour manque d'impartialité du tribunal qui l'a jugée devant le tribunal national pour avoir tenté de reconstruire Batasuna.

Le coordinateur général d'EH Bildu, Arnaldo Otegi, lors d'une conférence de presse ...

Le coordinateur général d'EH Bildu, Arnaldo Otegi, lors d'une conférence de presse à Saint-Sébastien.
EFE

La Cour suprême annule la peine infligée par le tribunal lui-même au coordinateur d'EH Bildu et à l'ancien porte-parole de Batasuna Arnaldo Otegi pour la Affaire Bateragune.

La deuxième chambre a estimé ce vendredi les recours en révision déposés par la défense d'Otegi, Rafael Dez Usabiaga, Arkaitz Rodrguez Torres, Sonia Jacinto Garcia et Regardez Zabaleta Tellera et il a annulé la condamnation du 7 mai 2012, qui les avait condamnés à des peines allant de six ans à six ans et demi de prison pour un crime d'appartenance à l'organisation terroriste ETA.

Le tribunal déclare qu'après avoir déclaré pour la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) que la condamnation de la chambre criminelle du Audience nationale En violation de l'article 6.1 de la Convention européenne – manque d'impartialité de la cour – cette décision constitue un titre suffisant pour autoriser d'abord le dépôt du recours en révision et pour l'examiner maintenant, en vertu des dispositions de la Article 954 de la loi de procédure pénale.

L'article juridique susmentionné stipule que «la révision d'une résolution judiciaire ferme peut être demandée lorsque la Cour européenne des droits de l'homme a déclaré que ladite résolution a été émise en violation de l'un des droits reconnus dans la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme. et les libertés fondamentales et leurs protocoles, à condition que la violation, de par sa nature et sa gravité, entraîne des effets qui persistent et ne peuvent cesser autrement que par cette révision. "

Dans l'arrêt, exposé du magistrat Julin Snchez Melgar, il est expliqué que la Cour de Strasbourg a conclu à la violation de l'article 6.1 de la Convention européenne des droits de l'homme en raison du manque d'impartialité de la section de la Cour nationale devant laquelle le procès s'est déroulé, rejetant toute indemnisation des requérants pour préjudice moral, considérant comme suffisant le constat de la déclaration de violation du droit demandé. "

Le Procureur, en faveur de l'annulation

En fait, après cet arrêt de la CEDH, le Procureur de la Cour suprême Il était favorable à l'estimation de l'appel en révision déposé par Otegui et le reste des personnes reconnues coupables d'avoir tenté de reconstruire Batasuna sous la plateforme Bateragune.

En se rendant à Strasbourg pour violation des droits fondamentaux, Arnaldo Otegi a soutenu que le président du tribunal qui l'a jugé devant la Cour nationale, le magistrat Angela Murillo, avait fait preuve de préjugé à son encontre lors d'un précédent procès, il n'aurait donc pas dû présider la Chambre. La raison spécifique de la contestation était les paroles prononcées par Murillo lors du procès précédent pour rendre hommage au chef d'Etarra Argala. Le magistrat a directement demandé au chef abertzale s'il condamnait le terrorisme. Quand Otegi a dit qu'il n'allait pas répondre, Murillo a déclaré: "Je savais déjà que je n'allais pas répondre à cette question."

La Cour suprême a alors ordonné la répétition du procès avec un nouveau tribunal face au manque d'impartialité de Murillo. Puis, lorsque le magistrat susmentionné a dû présider Bateragune, elle a refusé de partir et a présidé la Chambre de première instance. Finalement, la CEDH a fini par se mettre d'accord avec Otegi et condamner l'Espagne.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *