Catégories
Actus culinaires

La Cour nationale rend à Iglesias l'état des blessés dans «  l'affaire Dina ''

Actualisé

Mercredi,
16
septembre
2020

13h00

La chambre criminelle annule la décision du juge d'instruction et rejette qu'elle puisse entreprendre des enquêtes alternatives à celles qui ont donné lieu à cet élément de l'affaire Villarejo

Pablo Iglesias au Congrès des députés.

Pablo Iglesias au Congrès des députés.
EFE

Pablo Iglesias est à nouveau victime dans le Affaire Dina. La chambre criminelle du tribunal national a estimé les recours du chef de Podemos et de son ancien conseiller Dina Boulselham contre l'ordre de retrait du statut de blessé dans la pièce enquêtant sur le vol du téléphone portable de Bousselham. Ce retrait avait été demandé par le Procureur anti-corruption.

Dans la même résolution, le tribunal indique que le tribunal national n'a pas compétence pour enquêter sur des thèses alternatives à celle qui a donné lieu à l'affaire. Par exemple, celui de la participation des Eglises à la conservation ou à la destruction de la carte mémoire mobile. Les dernières procédures du juge Manuel García Castelln dans le Affaire Dina ils s'étaient concentrés sur cette possibilité.

Les magistrats considèrent que les éléments pour lesquels Iglesias a obtenu le statut de lésé sont maintenus. Ils rappellent dans leur écriture que l'origine de cette pièce distincte de Affaire Villarejo C'était l'existence possible d'une organisation criminelle présumée qui, profitant du statut de commissaire de Jos Manuel Villarejo, offrait des services illégaux d'accès à une documentation restreinte. Les documents contenus dans la carte mémoire ont été publiés dans la presse et trouvés dans les archives contre Villarejo.

Le tribunal fait valoir que l'admission initiale par le tribunal de première instance d'Iglesias en tant que partie lésée "ne pouvait être fondée que sur l'acceptation comme plausible conformément à la procédure jusqu'à cette date du fait que la publication des fichiers initialement conservés sur le téléphone du Mme Bousselham avait pour source l'organisation de M. Villarejo, objet d'enquête dans cette procédure préliminaire, doublée d'une telle acceptation de la considération comme éventuellement criminelle de l'obtention et / ou de la diffusion des informations et de l'appréciation de la virtualité de la diffusion de ces informations. contenu pour blesser M. Iglesias. " Les éléments qui ont permis la personnification en tant que partie lésée demeurent aujourd'hui, selon la Chambre.

L'ordonnance explique que l'autorisation d'Iglesias en tant que lésé n'est pas compatible avec l'existence d'hypothèses alternatives telles que selon les résolutions du tribunal d'instruction, il existait d'autres sources de publication du contenu du mobile, y compris les appelants eux-mêmes.

Pour tout cela, les juges estiment qu'il n'y a aucune preuve pour étayer que les événements se sont produits conformément à l'une de ces alternatives indiquées par la cour centrale d'instruction. << Nous sommes confrontés à de simples hypothèses qui n'enlèvent rien au lien susmentionné de l'appelant M. Iglesias avec l'objet du processus en vertu duquel – conformément à l'évaluation provisoire qui correspond à effectuer dans cette phase procédurale et sans préjudice de ce que jour pouvait être accrédité – il était reconnu comme partie lésée et pour défendre ses droits et intérêts ".

La Chambre ajoute que le fait que cette pièce reste ouverte ne peut être dû qu'à l'existence d'indications attribuant la collecte et la diffusion des données de Bouselham à l'organisation de Villarejo, "qui à son tour est compatible avec les dommages possibles de M. Iglesias ".

S'agissant des hypothèses alternatives soulevées par le tribunal d'instruction quant à l'origine des informations publiées, ainsi que des dommages à la carte qu'Iglesias a remise à Bousselham, le tribunal indique qu'elles ne seraient pas de la compétence de la Haute Cour nationale puisque les faits auraient été commis. en dehors de l'organisation criminelle faisant l'objet de l'enquête et par des personnes extérieures. Ainsi, ces crimes n'auraient pas de lien initial qui justifierait leur enquête conjointe lors de l'audience et devraient faire l'objet d'une enquête dans un autre organe judiciaire.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *