Catégories
Actus culinaires

La Cour nationale n'interdit pas les actes de «Gudari Eguna» mais ordonne de «les surveiller»

samedi
26
septembre
2020

12:43

Ne tient pas compte de la demande de l'association Dignidad y Justicia, qui avait demandé qu'elle soit empêchée au motif qu'ils constitueraient des crimes de glorification du terrorisme et d'humiliation des victimes

Je suis

Images du «Gudari Eguna» dans les éditions précédentes.
PRESSE ARABA

La Cour nationale ne pas interdire les actes de Gudari Eguna (Journée du soldat basque) convoqué pour ce dimanche dans différentes villes basques et ignore la demande de l'association Dignité et justice, qui avait demandé qu’ils soient empêchés par décision de justice, considérant qu’ils exalteraient le terrorisme et l’humiliation des victimes.

Comme d'habitude dans ce type d'actes ou de réceptions des membres de l'ETA, l'audition se limite à décréter que les actions des assistants soient surveillées par les forces de sécurité pour déterminer si un crime est commis, mais pas pour empêcher sa célébration forme précédente.

Dans l'ordonnance rendue ce samedi, l'Audition considère que il n'y a pas "à ce moment les données et éléments nécessaires pour pouvoir déterminer si les faits dénoncés pourraient, dans leur cas, constituer hypothétiquement un crime de glorification du terrorisme".

Au lieu de cela, il ordonne aux forces et organes de sécurité de l'État de procéder au << contrôle et à la surveillance pertinents de l'acte appelé << à adopter les mesures nécessaires pour empêcher que des actes susceptibles de constituer des crimes ne soient commis au cours de cet acte >> "Dans le cas où ils se produisent, procédez à l'identification de leurs auteurs."

L'Association Dignité et Justice qui fonctionne Daniel Gardien, avait demandé hier l'interdiction des actes réclamés ce dimanche considérant qu'il s'agit d'un crime de glorification du terrorisme et d'humiliation des victimes.

Dans la plainte, ils soulignent que les événements, qui auront lieu dans diverses villes basques et navarraises, célébreront le 45e anniversaire de la mort de 'Txiki' et Otaegi, aussi bien que Jos Humberto Baena, Jos Luis Snchez Bravo Oui Ramn Garcia Sanz, tous les membres de l'organisation terroriste FRAP, et en plus ils rendront hommage à Igor Gonzalez Sola, un prisonnier de l'ETA qui s'est suicidé le 5 septembre 2020 en prison et qui, selon la convocation, a été «assassiné» selon la plainte.

Plus précisément, les événements sont programmés dans différents endroits tels que Sakana (Navarre), Ego Uriba et Bilbao (Biscaye), et à Saint-Sébastien, Nuarbe, Azpeitia et le spot de Benta Haundi à Tolosa (Gipuzkoa). Ces événements comprennent des marches à travers les montagnes, des offrandes florales ou des expositions sur les membres de l'ETA Juan Paredes Manot, alias «Txiki», et Angel Otaegi.

Dignité et justice souligne dans la plainte que les organisateurs sont Amnesty Eta Askatasuna (ATA) ou Mouvement pour l'amnistie et contre la répression, "créé par une ligne divisée de l'organisation terroriste ETA, qui prône le maintien du recours à la lutte armée. ", et Jarki, une association de jeunes créée par ATA qui" a mené une recherche de confrontation pour parvenir à l'annexion du Pays Basque et de la Navarre et créer une "grande Euskal Herria" ".

De l'avis de l'association des victimes, les actes dénoncés ne peuvent trouver protection dans le droit de réunion, "il est destiné à honorer tous les membres du groupe terroriste ETA décédés dans l'exercice de leurs activités terroristes et à valider les actions effectuée par eux », il a donc demandé l'interdiction.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *