Catégories
Actus culinaires

La Cour nationale implique le chef de l'ETA «Josu Ternera» dans les meurtres de T4 et Isaas Carrasco

Mercredi,
une
juillet
2020

20:04

Le juge Tardn insiste sur le fait qu'il existe des indices de crimes contre l'humanité. Agitation judiciaire en Espagne à propos de la décision française de ne pas l'extrader

& apos; Josu Ternera & apos; avec Arnaldo Otegi, au Parlement basque.

'Josu Ternera' avec Arnaldo Otegi, au Parlement basque.
Julio Carlos

L'ancien ETA numéro un, Jos Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, Josu Ternera, a le siège judiciaire espagnol de plus en plus proche. Les autorités françaises avaient demandé plus d'informations au tribunal national sur les accusations portées contre le chef de l'ETA avant de prendre une décision sur son extradition. Et la réponse de la justice espagnole laisse le terroriste encore plus acculé.

Le juge Mara Tardn, instructeur de l'affaire contre Josu Ternera, informe ses collègues français non seulement de l'implication possible du leader de l'ETA dans les crimes contre l'humanité, mais cite également expressément sa responsabilité dans au moins deux attaques: celle perpétrée par l'ETA au T4 de Madrid et le meurtre du conseiller socialiste basque Isaas Carrasco .

Mais alors que ce mouvement procédural se produit dans Espagne, France franchit le pas et, en plus d’approuver la situation de probation des Josu Ternera, décide de refuser son extradition pour les crimes contre l'humanité demandés par l'Espagne. Une décision qui a surpris et gêné le système judiciaire espagnol en s'interrogeant sur le fait que la France apprécie le bien-fondé de l'affaire et ne se contente pas d'extrader le détenu

As, Josu Ternera Il reste en attente d'être extradé pour les autres causes qu'il avait, mais le refus de l'extrader pour lèse humanité, l'empêche d'être exécuté en Espagne pour ce crime, selon des sources légales.

Le mémoire du juge Tardn a été transmis aux autorités judiciaires françaises dès réception de la demande d'informations complémentaires pour résoudre la commission rogatoire. Maintenant, la France doit répondre au reste des demandes d'extradition contre ce leader de l'ETA sur la table.

Dans un premier temps, les autorités françaises avaient fixé au mois de mars une décision sur Josu Ternera. Mais le déclenchement de la pandémie de coronavirus a brisé tous les délais judiciaires. Maintenant les deux Paris comme dans Madrid Il a commencé à reprendre une activité normale.

Dans la lettre envoyée par le juge Tardn à la France, à laquelle EL MUNDO a eu accès, il est expliqué qu'il y a des éléments à considérer "l'existence d'une véritable structure de domination au sein d'une organisation hiérarchique qui définit parmi ses moyens d'action la commission de crimes contre des tiers, en adoptant un régime interne équivalent à la discipline militaire. "

L'instructeur de l'affaire contre Josu Ternera souligne que "les hauts dirigeants de l'appareil politique et militaire de l'ETA au cours de la période couverte par l'enquête ont pris connaissance du plan des crimes commis pendant son mandat, donnant les documents correspondants aux auteurs et ayant également pu intervenir avant l'exécution pour éviter le résultat, qui apparaît avec une forte probabilité en ce qui concerne les attaques d'une importance particulière comme celle du T4 à l'aéroport de Madrid Barajas, survenue le 30 décembre 12, 2006, l'explosion d'une camionnette à la bombe dans le parking de l'aéroport. Diego Armando Estacio et Palais Carlos Alonso, avec laquelle il met fin à la trêve. "

L'instructeur cite également l'attaque contre l'ancien conseiller du PSOE Isaas Carrasco quelques jours avant les élections régionales basques de 2008, ou celle de l'homme d'affaires Ignacio Ura, liée aux travaux du train à grande vitesse, "qui ne pourrait en aucun cas être menée sans que les auteurs du matériel reçoivent des ordres concrets et précis des chefs de l'organisation terroriste, qui de toute façon auraient pu intervenir avant la commission des événements, empêchant leur exécution. "

Le magistrat conclut que Josu Ternera "Il était à l'avant-garde de l'appareil politique au cours des années 2005, 2006 et 2007 dans une union des défunts Javier Lpez Pea, Thierry, bien qu'en raison de son charisme et de son ascendance envers le reste des militants, il convient de considérer qu'il a participé à toutes les décisions pertinentes ", note la lettre envoyée à la France.

Il est le deuxième juge de la Cour nationale qui considère qu'il y a des indications que les dirigeants de l'ETA ont commis des crimes contre l'humanité. La juge Mara Tardn le confirme également dans la lettre envoyée au pays voisin: "Les événements décrits ci-dessus pourraient constituer un crime contre l'humanité, caractérisé par article 607 bis du Code pénal, sans préjudice de nouvelles qualifications. "Il était le magistrat Juan Pablo Gonzlez, qui a déjà été laissée par la Cour nationale, qui a d'abord examiné les plaintes de l'association des victimes Dignité et justice, présidé par Gardien Daniel, qui dénonçait des crimes contre l'humanité par les dirigeants de l'ETA depuis l'année au cours de laquelle cette incorporation du crime dans le code pénal a été approuvée. Le juge Tardn approuve maintenant les arguments.

Dans les sphères judiciaires de la Cour nationale se trouvent des demandes d'explications surprenantes émanant des autorités françaises à propos d'un détenu et réclamées par la Cour comme c'est le cas en l'espèce Josu Ternera et pour la décision de refuser son extradition pour crimes contre l'humanité, pour le fait que la justice française est au cœur de l'affaire.

Ces sources soulignent que la décision de la France suppose un répit pour l'exécutif de Pedro Snchezqui veut Josu Ternera autant que possible de vos concurrents.

L'arrestation de Josu Ternera En France, il s'est produit le 16 mai 2019. Depuis, son extradition est en attente. Les autorités françaises étaient sur le point de le libérer, en attendant un appel de la défense de l'ETA, mais cela a été évité. in extremis pour la justice espagnole.

Veau, porté disparu depuis 2002, a été détenu dans la ville de Sallanches, dans les Alpes françaises, lorsqu'il se rend à l'hôpital, dans le cadre d'une opération conjointe de la Garde civile et des services de renseignement français.

Josu Ternera (Biscaye, 1950) est venu s'asseoir sur le Parlement basque et faisait partie de la Commission des droits de l'homme de cette institution devenant ainsi le visage de la victoire politique du groupe.

Sous sa baguette, ETA a joué dans des phases d'extrême dureté. Il est devenu membre à l'âge de 20 ans et a participé à toutes ses structures de gestion jusqu'à en prendre le contrôle total.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *