Catégories
Actus culinaires

La Chambre européenne fait part à Cela de son inquiétude quant à la situation de l'espagnol dans les écoles de Catalogne

Jeudi,
29
octobre
2020

18:11

Commande un avis pour analyser l'utilisation des langues co-officielles dans les écoles catalanes et se soumettre au vote pour envoyer une mission de députés européens en Catalogne.

Graffitis d'indépendance dans une école en Catalogne

Graffitis d'indépendance dans une école de Catalogne.
E. M.

La Commission des pétitions du Parlement européen va transférer à gouvernement son souci de la situation inférieure dans laquelle se trouve l'espagnol dans les écoles de Catalogne. Son président, l'ancien ministre du PP Dolors Montserrat, va adresser une lettre à la responsable de l'éducation, Isabel Cela, pour "expliquer" les circonstances dans lesquelles les élèves apprennent dans cette communauté autonome et dans laquelle il la poussera également à "garantir la co-officialité des langues".

Demandez également au Commission de la culture du Parlement européen à émettre un avis sur l'utilisation des langues dans les écoles catalanes et à voter dans les prochains mois la possibilité d'une mission des députés européens se rendant en Catalogne pour connaître sur le terrain la situation des élèves hispanophones et leurs familles.

Cette commission parlementaire a décidé ce jeudi de maintenir ouverte la pétition pour Ana Losada, président de la Assemblée pour une école Bilinge, qui soutient que "dans aucun centre de Catalogne le castillan n'est une langue véhiculaire".

Losada, qui était déjà intervenue en tant que pétitionnaire dans cette commission en 2018, a de nouveau semblé rapporter que, sur plus de 2000 projets linguistiques des centres éducatifs analysés par son association, «le minimum légal de 25% d'heures en espagnol (le équivalent à une autre matière, en plus de la langue espagnole) n'est envisagée dans aucun ". Chez Infant, a-t-il détaillé, les élèves reçoivent «zéro heure de cours» dans cette langue. À la Primaire, deux heures par semaine. Et en secondaire, trois heures par semaine.

C'est pourquoi il a demandé au Parlement européen de prendre des mesures contre ce qu'il considère comme une violation de la Traités de l'Union et du Charte des droits fondamentaux.

Au cours du débat par visioconférence, a participé une représentante de la Commission européenne qui, tout en estimant que les événements dénoncés par Losada "peuvent être un obstacle pour ceux qui se déplacent en Catalogne", a déclaré que les langues sont de la compétence exclusive des Etats membres et "Intervenir serait au-delà des pouvoirs de l'UE."

Les représentants des groupes parlementaires Renouveler l'Europe,Parti populaire européen et le Groupe des conservateurs et réformistes Ils ont soutenu la demande de Losada et ont convenu que le modèle linguistique des écoles catalanes «viole les droits fondamentaux» des élèves et de leurs familles.

Il n'a été démontré que contre Diana Riba, Député européen de ERC et membre du parti Vert européen, qui a défendu qu '"il n'y a pas de débat" sur l'immersion en Catalogne car "il est approuvé par le Conseil de l'Europe"et" remplit les phrases du Cour constitutionnelle", et a exhorté à clore la demande de cette association.

Avec un nœud jaune sur le revers, l'épouse de l'ancien ministre condamné pour 1-O RAL ROMEVA a soutenu que "le rapport PISA" confirme que le système catalan permet de terminer l'enseignement obligatoire avec le même niveau en catalan qu'en espagnol ".

Jordi Caas, Député européen de Citoyens intégré à Renew Europe, lui a rappelé que les tests PISA sont réalisés entièrement en catalan dans cette communauté autonome et, par conséquent, "ils n'évaluent pas la connaissance de l'espagnol". Il a rappelé que la Generalitat "viole systématiquement la loi et les décisions judiciaires, qui lui ont répété à plusieurs reprises qu'elles devaient incorporer 25% en espagnol". "Les parents vont au tribunal et finissent par être d'accord avec eux, mais ils subissent un coût terrible, car ils leur rendent la vie impossible et ils sont contraints d'abandonner l'école."

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *