Catégories
Actus culinaires

Jorge Azcn, maire de Saragosse: "C'est une victoire historique, mais demain nous devons négocier un nouveau décret"

Jeudi,
dix
septembre
2020

12:52

Le porte-parole local du PP a dirigé la rébellion des maires qui va renverser le décret-loi du gouvernement au Congrès. Et il demande la démission d'Abel Caballero à la FEMP "s'il ne reconnaît pas son erreur et est le premier à demander la nouvelle aide"

Le maire de Saragosse, Jorge Azc

Le maire de Saragosse, Jorge Azcn.
EFE

Le gouvernement va subir un énorme coup parlementaire ce jeudi. Pour la troisième fois dans une démocratie, le Congrès va abroger un décret-loi du gouvernement. La majorité de la Chambre a annoncé qu'elle voterait «non» au texte du ministère des Finances sur l'utilisation par l'État des 15 milliards de restes des municipalités.

Une trentaine de maires de 13 partis politiques, coordonnés par le premier maire de Saragosse, Jorge Azcn (PP) et avec la participation très active de villes comme Grenade (Cs), Barcelone (En Com), Cdiz (Adelante Andaluca), Lleida ( ERC) ou Reus (PDeCAT), ont joué dans la rébellion contre un décret qui, à leur avis, a tenté de «confisquer» leurs économies. La somme de PP, PNV, Cs, Vox, JxCAT, Bildu et ERC garantit une majorité absolue contre l'initiative.

Azcn assiste à EL MUNDO au Congrès, où il s'est rendu pour suivre les votes de la session plénière. Et il assure que la non-validation du décret "est une victoire historique pour les communes, mais demain nous devons négocier un nouveau texte". L'intention des maires du PP.

«Si l'arrêté royal n'est pas validé, le ministre a l'obligation de s'asseoir immédiatement» avec les maires. "Il doit faire ce qu'il n'a pas fait pendant l'été et commencer à négocier avec nous. Plus cela prendra de temps, plus ils créeront de problèmes pour tous les Espagnols", déclare le maire de Saragosse, porte-parole du PP dans la Fédération espagnole de Municipalités et provinces (FEMP).

Les «  populaires '', coordonnés avec les maires critiques, ont rejeté l'offre de dernière minute de la ministre María Jess Montero, qui leur a proposé que 60% du fonds de 5000 millions qui allait être activé pour les municipalités soient distribués sur la base la population. Et les 40% restants (2 000 millions), selon le nombre de restes que chaque consistoire a prêté à l'exécutif.

"C'est un marchandage que ni les conseils municipaux ni les citoyens ne méritent. C'est un spectacle regrettable", dit-il. "Dans nos villes, nous avons besoin d'un renforcement des transports publics, de plus de policiers et de plus de fonds pour les services sociaux ou la désinfection des rues", souligne Azcn. "Et Montero n'a pas voulu négocier cela avec nous, mais a donné la priorité à son déficit."

En effet, dépenser le surplus des communes produit un déficit public. Pourquoi Pour la simple raison que si vous soustrayez l'excédent du déficit global, il augmente. Les entreprises locales ont clôturé l'année 2019 avec un excédent de 0,31% du PIB, soit 3839 millions d'euros.

Azcn souligne que le moyen le plus "rapide" est d'approuver "demain", ou le plus tôt possible, un nouvel arrêté royal qui inclut les demandes des municipalités: que les fonds soient distribués en fonction de la population, et non en fonction de combien d'argent Hacienda "confisque" chaque entité locale. "Que le ministère des Finances ait tenté de nous punir et de se venger de nous serait une grave erreur, car il punirait nos voisins." "Nous ne comprendrons pas la vengeance: il se trompera sur tous les Espagnols", ajoute-t-il.

Enfin, Azcn souligne le rôle d'Abel Caballero dans «l'échec» de la mesure. C'est le président de la FEMP et maire de Vigo qui a négocié le décret avec Montero, sans mesurer le mécontentement des maires, même ceux de son parti, comme Scar Puente (Valladolid), qui s'y est opposé.

"Si Caballero ne reconnaît pas son erreur demain et est le premier à demander la nouvelle aide aux communes, je demanderai sa démission", ajoute Azcn.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *