Catégories
Actus culinaires

Javier Lambn blâme les intérimaires pour le taux élevé d'infections à Aragn

Lundi,
dix
août
2020

12:13

«Nous recevons la visite de 15 000 saisonniers embauchés par 3 000 entrepreneurs, il existe une structure productive très difficile à contrôler», explique le président régional.

Un saisonnier travaille à ramasser des fruits à Zaid

Un saisonnier travaille à ramasser des fruits à Zaidn (Huesca).
CARLOS GARCA POZO

Le président d'Aragn, le socialiste Javier Lambn, a imputé ce lundi le pourcentage élevé d'infections à coronavirus dans cette communauté aux travailleurs saisonniers qui travaillent dans la cueillette de fruits.

Dans des déclarations au programme "Hoy por hoy" de Cadena Ser, il a déclaré qu '"une circonstance spécifique se produit dans notre communauté: 15 000 travailleurs saisonniers embauchés par 3 000 entrepreneurs nous rendent visite. Il existe une structure productive qui est très difficile à contrôler, même si nous essayons de le faire depuis début de la pandémie ".

Il a assuré que le gouvernement autonome a fait «tout ce qui était à notre portée: pour permettre des espaces, mettre en place des transports en commun pour les saisonniers, nous avons exigé des contrats et nous avons fait des inspections de travaux … Mais la structure même du secteur, atomisée avec tant de milliers d'employeurs, cela a ralenti notre travail. "

Pour cette raison, il a ajouté que "nous devons en prendre note pour que les futures campagnes ne répètent pas cette situation".

Pour le président Aragons, la "situation préoccupante" se situe dans la ville de Saragosse, où, à son avis, il y a "une tempête parfaite": une grande ville ", où la vie nocturne et les animations pour les jeunes ont provoqué de nombreuses flambées, et une ville où vivent des milliers de travailleurs fruitiers saisonniers ".

Cependant, Lambn a rappelé que sur les 33 régions aragonaises, "dans 30 d'entre elles, il y a un état de normalité absolue, et ce sont aussi les régions qui ont la plus grande capacité à attirer le tourisme".

Concernant la situation dans les hôpitaux, Lambn a souligné que «le stress hospitalier semble un problème très lointain qui, j'en suis sûr, ne se produira pas».

Concernant les résidences pour personnes âgées, il a souligné qu'à Aragn il y a "plus de résidences où le virus a été détecté chez les travailleurs que là où il a été détecté chez les personnes âgées".

Contre la détention

Malgré la situation complexe que présente Saragosse, le Gouvernement d'Aragon n'a pas envisagé à ce jour de confiner la population de ladite ville "parce que nous n'avons pas d'instruments juridiques", a indiqué Lambn, ainsi que "parce qu'elle est le moteur culturel et économique de Aragn ".

Il a reconnu qu '"il existe une disparité des critères entre les juges de certaines communautés et d'autres", ce qu'il considère comme la raison pour laquelle, dans certaines zones, il y a déjà eu des confinements sélectifs.

De l'avis de Lambn, "il y a plusieurs mois de pandémie à venir, il faut donc faire un effort pour les unifier et avoir une homogénéité des données", se référant à la gestion par les différentes communautés autonomes.

De même, il a évoqué la possibilité qu’ils puissent avoir accès à différents instruments juridiques pour une meilleure gestion régionale, ce qu’il assure a déjà demandé au président du gouvernement, Pedro Sánchez.

En tout cas, le président d'Aragn exclut que la communauté "puisse vivre des moments de vraie trêve jusqu'à ce que nous ayons un vaccin".

Début de l'année scolaire

Dans l'interview susmentionnée, Lambn a souligné que "le début du cours peut nous apporter des situations plus compliquées, mais nous devons commencer à penser que nous devrons vivre avec le virus".

Il a ajouté que "nos techniciens continuent de recommander de commencer le plus normalement possible et avec la plus grande présence possible".

Le président Aragons a évoqué le fait qu'à l'heure actuelle, les efforts sont concentrés sur la ville de Saragosse par le biais de contrôles «rigides».

"Nous concevons des mécanismes de suivi des personnes symptomatiques ou asymptomatiques pour éviter davantage d'infections. Je dirais qu'aucune communauté autonome n'a pris autant d'initiatives depuis le 21 juin dernier", a déclaré Lambn, qui considère que ce sont des mesures "suffisantes" pour arrêter l'évolution de la pandémie dans la région.

Le président d'Aragn a reconnu qu'ils restaient inquiets et inquiets car "évidemment nous avons un problème très grave".

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *