Catégories
Actus culinaires

Isabel Daz Ayuso: "En arrêtant de tuer, les bourreaux ont accompli ce qu'ils avaient réalisé auparavant en tuant"

Hommage à Miguel Angel Blanco

Lundi,
13
juillet
2020

22:10

Dans un acte d'hommage à Miguel Angel Blanco, le président de la Communauté de Madrid assure que "ceux qui se sont cogné la tête n'ont jamais pensé qu'ils accompliraient autant aujourd'hui" au Pays Basque

La présidente de la Communauté de Madrid, Isabel D

La présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Daz Ayuso, lors de l'hommage à Miguel Angel Blanco, ce lundi, à Madrid.
EFE

"Les bourreaux" qui défendent "un projet totalitaire" pour le Pays basque "ont réussi à obtenir ce qu'ils avaient accompli auparavant en tuant en arrêtant de tuer." Le discours de la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Daz Ayuso, à l'occasion du XXIIIe anniversaire du meurtre de Michael White Angel aux mains de l'ETA, il contient une analyse approfondie des résultats électoraux du Pays basque, notamment en raison de la montée en puissance de Bildu, qui a obtenu 22 sièges, autant que le PSOE, PP + Cs, Podemos et Vox réunis.

"Il y a eu un jour où l'Etat de droit a gagné le jeu" contre le terrorisme, a souligné Ayuso, et "nous ne pouvons pas permettre aux bourreaux de gagner le second semestre plus tard". "Depuis, ils n'ont cessé de travailler dans le même sens: imposer un projet politique en utilisant tous les ressorts de la démocratie. Avec 300 000 Basques hors de leur terre et un calme tendu, ceux qui se sont tirés la nuque pour défendre un projet Ils n’ont jamais pensé qu’ils accompliraient autant au Pays basque aujourd’hui: représentation parlementaire, budget, impunité et hommages », a-t-il déclaré dans un discours lu.

"Et ce qui s'est passé au Pays basque s'est répété d'une certaine manière en Catalogne" et "si nous ne retrouvons pas le consensus", cette rupture sociale atteignant d'autres régions autonomes, s'est maintenue, puisque le BNG et les "marées totalitaires" vont dans cette direction en Galice. C'est alors qu'Ayuso a rompu une interprétation surprenante des élections galiciennes. Surprenant pour différents: si Gnova veut célébrer ce mercredi le "triomphe" d'Alberto Nez Feijo avec sa quatrième majorité absolue, le président madrilène met l'accent sur la peur de la montée du nationalisme galicien.

"Le résultat d'hier (ce dimanche) est quelque peu dramatique, car, en quatre ans, la Galice peut être engloutie par le nationalisme, malgré l'immense satisfaction produite par les résultats d'un partenaire du parti qui a réussi si exemplaire ", a-t-il jugé.

Marié: "Quelque chose ne va pas avec la société"

"Mais la situation est comme ça", a-t-il ajouté, à bout portant. Pour cette raison, il lui semble qu'Arnaldo Otegi "a cessé d'être radical pour être ceux qui le dénoncent comme le ravisseur qu'il était".

Pablo Casado a également évoqué avec regret la montée en puissance de Bildu: "Quelque chose ne va pas pour la société espagnole", de sorte que les indépendantistes abertzales ont atteint autant de parlementaires régionaux que les formations à implantation nationale "ensemble et combinées".

En hommage au conseiller du PP de Ermua Miguel Ángel Blanco, enlevé et assassiné il y a 23 ans par ETA, la sœur de la victime, la populaireMarimar Blanco, n'a pas pu éviter les larmes en se rappelant que cette même année ou ses parents sont morts lors de la pandémie de coronavirus.

Et il a critiqué les motifs qui ont soutenu Bildu: "Ils veulent fermer faussement les conséquences du terrorisme, avec oubli et en toute impunité. L'accord avec les parties qui ne répondent pas au standard minimum de réprobation du terrorisme est normalisé. Les victimes souffrent parce qu'elles ne le font pas ils peuvent bien fermer le duel. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *