Catégories
Actus culinaires

Free and Equal ouvre une collecte pour payer les 15 730 euros de l'appel de Cayetana Álvarez de Toledo devant la Cour constitutionnelle

Mardi,
quinze
septembre
2020

15:14

Batet a mis l'expression «fils d'un terroriste» entre parenthèses dans le Journal of Congress Sessions, avec lequel l'ancien porte-parole a décrit Pablo Iglesias. Le PP a refusé de payer l'appel en raison de son coût élevé et pour ne pas avoir partagé l'expression de son ancien porte-parole

Cayetana Álvarez de Toledo devant le Congrès des députés.

Cayetana Álvarez de Toledo devant le Congrès des députés.
JAVIER BARBANCHO

Free and Equal a ouvert une collection pour défrayer les 15 730 euros qu'il en coûtera à Cayetana Álvarez de Toledo pour faire appel devant la Cour constitutionnelle (TC) de la décision du président de la CongrèsMeritxell Batet, pour mettre entre parenthèses l'expression «fils d'un terroriste» que l'ancien porte-parole du PP à la Chambre basse a adressé au deuxième vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias.

A l'initiative d'un de ses membres, Santiago Gonzalez, l'association (dont le porte-parole est Álvarez de Toledo elle-même) a décidé de contribuer au financement de la «lutte juridique» du député, «compte tenu de sa valeur morale et politique», et étant donné que le PP a refusé de débourser une telle somme pour un Une affaire qui ne semble pas digne d'une telle dépense et avec laquelle la direction du parti n'est même pas d'accord.

Pourquoi Álvarez de Toledo se tourne-t-il vers le TC? Le 27 mai, la porte-parole de l'époque au Congrès du Parti populaire, Cayetana Álvarez de Toledo, a prononcé ces mots dans l'hémicycle, lors d'une interpellation à Iglesias: "Je vais vous dire pour la première et la dernière fois. Vous êtes le fils d'un terroriste. Vous appartenez à cette aristocratie, à celle du crime politique. "

La transcription apparaît dans le Journal de session entre parenthèses: "Vous (êtes le fils d'un terroriste)." La note de bas de page correspondante précise: "Mots retirés par le président conformément à la article 104.3 du Régulation de la caméra ".

Le règlement envisage le retrait des expressions «lorsqu'elles prononcent des mots ou rendent des concepts offensants au décorum de la Chambre ou de ses membres, des institutions de l'État ou de toute autre personne ou entité».

Le fondement de l'appel d'Álvarez de Toledo, présenté par le cabinet d'avocats Salama Blanc, est qu '"un fait objectif, vérifiable et même fièrement assumé par le père et le fils ne peut être qualifié d'opinion qui affecte le décorum parlementaire", selon Libres e Iguales dans un communiqué.

L'appel soutient que l'expression "fils d'un terroriste", faisant référence à Pablo Iglesias, "est vraie et la vérité ne viole pas le décorum parlementaire". Et il souligne que le règlement du Congrès "ne peut jamais permettre la censure d'expressions purement véridiques et objectives se référant à une question d'intérêt public. La vérité sur une question de cette nature est simplement cela: une vérité."

"Pour cette raison, cela ne peut jamais être offensant pour le décorum, mais plutôt le reflet d'un fait sur une question d'importance publique que les citoyens ont le droit de connaître", insiste l'appel. Et il compare la "censure" d'Álvarez de Toledo, à titre d'exemple, à la "eppur oui muove"attribué Galilée, qui "a été forcé de rétracter un fait vrai". "Lorsqu'un fait honteux acquiert le statut d'opinion, la voie est pavée vers son effacement définitif de l'Histoire. Le déni, sans plus", a souligné Libres e Iguales.

Ils signent la déclaration, entre autres, Félix de Azúa, Albert boadella, Arcadi Espada, Image de balise Carmen Iglesias, Federico Jimenez Losantos, Joaquin Leguina, Fernando Savater, Andres Trapiello ou Mario Vargas Llosa.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *