Catégories
Actus culinaires

Fernando Grande-Marlaska applaudit la gestion des migrations avec l'Algérie

Crise dans diverses régions

Lundi,
dix
août
2020

21:20

Le ministre de l'Intérieur, en pleine vague de bateaux, célèbre la bonne coopération entre l'Espagne et le pays algérien

Grande-Marlaska, pendant la reuni

Grande-Marlaska, lors de la rencontre avec le ministre algérien de l'Intérieur, Kamel Beldjoud, à Alger.
EFE

Le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a salué ce lundi la bonne coopération en matière d'immigration clandestine entre l'Espagne et l'Algérie, à un moment où la crise migratoire, conjuguée à la situation pandémique, a mis le pouvoir contre les cordes. des communautés autonomes et le rôle du gouvernement dans la gestion de l'arrivée des bateaux.

Marlaska a rencontré le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, pour renforcer les liens de coopération entre les deux gouvernements en matière de migration et de traite des êtres humains. Il a également rencontré certains ministres du pays africain pour discuter des stratégies de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, de la formation des policiers et du renforcement de la sécurité routière.

Nous sommes convaincus que pour bien gérer les flux migratoires en Méditerranée, il est nécessaire d'adopter des mesures préventives, a déclaré Grande-Marlaska à l'issue de la réunion. Cependant, il n’a pas été question de savoir quelles seront ces décisions convenues bilatéralement.

Une quarantaine d'immigrants d'Algérie

Pendant ce temps, des bateaux continuent d'arriver en Espagne depuis les côtes algériennes à un rythme inhabituel: depuis vendredi dernier, quelque 140 immigrants ont été interceptés dans les eaux de notre pays. Parmi eux, au moins 40 sont partis d'Algérie.

Au-delà du rebond de 454% enregistré aux îles Canaries, les autorités autonomes ont déjà transféré au gouvernement l'impossibilité de faire face à l'augmentation des immigrés clandestins enregistrés à Murcie, Almera, Alicante ou les îles Baléares, territoires les plus proches de l'Algérie.

Le pays africain est devenu ces derniers mois la grande voie d'évacuation du continent. Selon les données de l'Agence européenne de contrôle des frontières (Frontex), la moitié des immigrants qui ont tenté de rejoindre l'Europe par bateau en 2020 étaient des Algériens.

Un pays battu

Comme on peut le voir, la pandémie mondiale n'a pas diminué le mouvement migratoire en Méditerranée. Le cas algérien comporte de nombreuses fissures qui favorisent la sortie d'un pays fragmenté: coulé par l'effondrement de sa plus grande matière première, le pétrole; en transition à la suite de la chute du régime qui gouvernait depuis l'indépendance de la France en 1962 et, aujourd'hui, battu par le virus. Au moins 35 160 personnes ont été infectées et 1 302 sont décédées selon les données de santé publique dans ce pays d'Afrique du Nord.

Kamel BeldjoudLe ministre algérien de l'Intérieur, a supposé hier après la rencontre avec Marlaska que son pays dispose d'importantes ressources humaines et matérielles pour affronter la focalisation des mafias qui profitent de celles qui veulent atteindre le continent européen. Ces groupes organisés ont trouvé, comme ils l'ont déjà fait au Maroc ou en Mauritanie, un moyen de profiter de la population qui cherche une issue en raison des conditions du pays.

De la même manière, la réunion a permis de préciser des plans d'action dans la lutte contre tous les types de délits liés au commerce de l'immigration illégale: principalement le trafic d'armes, de carburant ou de personnes. Le terrorisme djihadiste, très présent ces dernières années sur le territoire algérien, a également été l'un des points abordés par les deux représentants.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *