Catégories
Actus culinaires

Fermer 10% des écoles maternelles privées après la chute par le Covid de 40% des inscriptions

Mardi,
vingt
octobre
2020

16:10

Les employeurs et les syndicats se mobilisent pour dénoncer "la situation critique" des centres qui éduquent les enfants de zéro à trois ans

Ecole maternelle de Vitoria, fermée par le Covid.

Ecole maternelle de Vitoria, fermée par le Covid.
ANTONIO HEREDIA

5 500 écoles maternelles privées de zéro à trois ans, 50 000 enseignants et travailleurs de l'éducation et 250 000 Les étudiants sont "dans une situation critique" depuis des mois en raison de l'émergence du Covid-19 et de l'absence de mesures de la part du gouvernement. Il dix% des centres ont dû fermer depuis le début de la pandémie car les inscriptions ont chuté de 40%, en moyenne, en raison de la crainte de contagion à ce stade de l'enseignement non obligatoire.

Les organisations professionnelles et syndicales qui détiennent le 100% La représentativité de ce secteur a établi une alliance inhabituelle qui les a amenés à dénoncer conjointement qu'ils sont «le maillon le plus faible et le moins protégé de tout le système éducatif espagnol».

Les employeurs Acade, Cecei, EyG, Cece, Fcic Oui Salvem 0-3, ainsi que les syndicats CCOO, UGT, FSIE Oui UTILISATION, exiger du gouvernement Pedro Sanchez «l'application urgente d'actions garantissant la viabilité des centres éducatifs et le maintien de l'emploi» à un stade où le OCDE considère que cela améliore les performances futures des étudiants.

Ils appellent également à "la mise en place d'aides financières extraordinaires pour éviter la fermeture des écoles maternelles privées" et mettent en garde contre "les conséquences très graves que la disparition d'un secteur éducatif aurait, et la perte conséquente d'entreprises et d'emplois, dans son sillage. principalement des femmes, jeunes et qualifiées ".

Le secteur a déjà été mis à mal par la baisse de la natalité et par "l'apparence de concurrence déloyale de la part de centres autorisés et non autorisés", comme les soi-disant "mères du jour" et les ludothèques, qui dénoncent depuis un certain temps les communes et les communautés autonomes. une décennie "sans que ces administrations ne prennent de mesures à cet égard".

Ce cours, les inscriptions ont chuté de 40% en moyenne dans toute l'Espagne – dans certains endroits de Madrid, il a atteint le 80%– Parce qu'il ne s'agit pas d'une étape d'enseignement obligatoire, de nombreuses familles ont choisi de laisser leurs enfants à la maison, en partie par crainte de contagion et aussi en raison de la généralisation du télétravail.

De l'avis des syndicats et des employeurs, le gouvernement n'aide pas. Pourquoi Parce que l'arrêté royal 30/2020 relatif aux mesures sociales de défense de l'emploi les a exclues des exonérations des quotas d'entreprises de la Sécurité sociale à ce secteur. «Cette question est extrêmement importante», dénoncent-ils, «car il n'est pas compréhensible que seuls les critères économiques soient pris en compte en termes de PIB et que la situation dramatique des autres secteurs soit ignorée, ce qui, comme les centres privés d'éducation infantile, ils effectuent un travail éducatif et social extrêmement important, et qui favorise également la conciliation de la vie familiale et professionnelle ».

De plus, les signataires censurent le projet de taxer avec le T.V.A. services fournis par les centres privés d'éducation de la petite enfance, 21% ce qui signifierait «une augmentation inabordable de ce service pour les familles, ce qui, dans la pratique, entraînerait la disparition des centres et la destruction d'emplois qui en découlerait».

Juan Santiago, président de la Association des centres d'enseignement privé d'Espagne (Acade), dénonce que, si cette mesure est mise en œuvre, "les conséquences seront énormes".

Souvenez-vous également que "ça n'aide pas" Cela loi, car "il ne reconnaît pas l'article 27 de la Constitution, qui établit la liberté de choix du centre pour les familles. "Cette réforme de l'éducation prévoit de faire passer l'offre publique d'éducation de la petite enfance de zéro à trois ans." Le président du gouvernement a déclaré qu'ils créeraient 60 000 places publiques. Si ces lieux sont créés, cela signifiera la mort du secteur privé », prévient-il.

Maribel Loranca, Responsable de l'éducation à l'UGT, souligne que "dans l'extension de l'ERTE le domaine de l'éducation n'a pas été inclus", ce qui générera davantage de pertes d'emplois dans un secteur formé principalement d'indépendants, de micro-PME et de PME, à capacité limitée économico-financier.

Pedro Huerta, Secrétaire général des écoles catholiques, attribue également à "l'absence d'aide pour le début du cours et au désintérêt des administrations" le "mouvement d'étouffement progressif" subi par ces centres, qui souffrent d'une "situation de manque de protection des deux institutions. manchettes et travailleurs "qui s'est aggravée pendant la pandémie.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *