Catégories
Actus culinaires

Elections basques 2020: le gouvernement basque menace de voter Covid-19 comme "crime contre la santé"

Samedi,
Onze
juillet
2020

13:35

161 électeurs n'ont pas le droit de se rendre aux urnes demain, tandis que 500 autres détenus doivent remplir des conditions spéciales pour exercer leur droit

Le ministre basque de la Santé, Nekane Murga, au volant du barrage de ...

le ministre basque de la Santé, Nekane Murga, au volant du barrage de Vitoria.
David Aguilar EFE

Le gouvernement basque communiquera à 161 citoyens avec Covid-19 au Pays basque commettant un "crime contre la santé" s'ils décident d'exercer leur droit de vote aux élections régionales qui se tiendront demain, le 12 juillet. Le ministre de la sécurité, Estefana Beltrn de Heredia, a fait allusion à Code pénal, aile Loi sur la santé Pourtant le Loi sur la sécurité des citoyens dans son explication confuse sur le type criminel avec lequel il est prévu de convaincre ces patients afin qu'ils ne se rendent en aucun cas aux urnes. 500 autres Basques qui ont eu des contacts positifs mais qui ont un diagnostic négatif auront des conditions spéciales pour voter s'ils ne décident pas finalement de s'abstenir.

Les infections à Covid-19 ont augmenté dans 31 autres cas au Pays basque au cours des 24 heures précédant le jour du scrutin, mais les deux Conseils électoraux centraux et basques comme le gouvernement basque, ils insistent pour procéder au vote. Dans Ordizia, la repousse la plus importante, il y a déjà 70 personnes affectées et de nouveaux foyers possibles sont également à l'étude dans des endroits tels que Doit avec trois nouveaux infectés dans une relation familiale et un "contact étroit".

Le gouvernement basque essaie de minimiser la décision controversée d'empêcher le droit de vote pour ces 161 personnes infectées sans décision de justice et lorsqu'une situation s'est déjà présentée, alors qu'il a été décidé de convoquer les élections le 12 juillet alors que les contagions se poursuivaient. "Le droit de vote n'est limité à personne", a insisté Beltrn de Heredia, qui a comparu avec le ministre de la Santé, Nekane Murga, pour mettre à jour les données sur la célébration d'une journée électorale marquée par la pandémie.

La Santé basque n'a pas fourni la liste des points positifs, et les conseillers n'ont pas voulu préciser quel système de contrôle serait mis en place pour garantir qu'aucun des points positifs n'échappait à la détention obligatoire pour exercer son droit de vote. Un droit de vote également limité pour les 78 825 Basques résidant à l'étranger et qui forment le Recensement des résidents absents (LA CIRE). Selon l'estimation faite par Beltrn de Heredia, seuls 2 200 de ces électeurs ont voté, la moitié de ceux qui l'ont fait en 2016. Ainsi, seulement 2,8% de ces électeurs voteront dans les Communautés autonomes basques, avec des pays comme Cuba et Venezuela dans lequel il a été impossible d'exercer ce droit. En 2016, le vote du CERA pour EH Bildu, un parlementaire Gascogne que le PNV a perdu et qu'il a été décisif pour les nationalistes et le PSE-EE de rester au sein d'un siège unique de la majorité absolue de 38 parlementaires.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *