Catégories
Actus culinaires

Edmundo Bal: "Si le gouvernement rencontre la table de la honte, il sera difficile de poursuivre les négociations"

Vice-président de Cs au Congrès

Lundi,
29
juin
2020

02:07

Le porte-parole adjoint de Cs considère que "la gestion du gouvernement a été très mauvaise" mais que son parti a fait "la bonne chose pour s'entendre"

Le porte-parole parlementaire de la CS Edmundo Bal, à l'époque de la ...

Le porte-parole parlementaire Cs Edmundo Bal à un moment donné dans l'interview.
ANGEL NAVARRETE

Le porte-parole adjoint de Ciudadanos, Edmundo Bal, n'a passé que 15 mois en politique avec une grande responsabilité: remplacer Inés Arrimadas et négocier avec le gouvernement la prolongation de l'état d'alarme décrété par la crise des coronavirus et la sortie de cette situation. Edmundo Bal appelle maintenant à s'entendre sur des budgets consensuels.

Depuis près de deux mois, le gouvernement et les citoyens ont maintenu des canaux de communication fluides et ont conclu des accords importants. Le pouvoir exécutif a-t-il changé ou les citoyens ont-ils changé?
La situation est absolument exceptionnelle. Nous vivons à un moment où l'ancienne politique des tranchées est inacceptable et inacceptable de la part des citoyens et de la part des partis qui souhaitent proposer des solutions avec le sens de l'État. Au début de la législature, nous avons vu la colère politique, nous l'avons même vue dans cette situation de pandémie. C'est très embarrassant et très rougissant de voir les morts se jeter mutuellement le visage. Les socialistes disent que la faute en revient à la Communauté de Madrid. Ou le PP blâmer le gouvernement.
Nous sommes au centre. Ce que nous devons faire, et nous réalisons, c'est abaisser le ton de la tension. Et deuxièmement, que de grands accords étatiques peuvent être conclus, ce qui est important actuellement.
Il semble que nous gagnions la bataille contre le virus, mais regardez les chiffres du FMI pour la baisse du PIB en Espagne, des chiffres qui n'ont pas été vus depuis la fin de la guerre civile. Dans ce scénario de crise grave, vous devez être du côté de la responsabilité et de la politique utile et rechercher des accords avec autant de parties que possible.
Le décret de la soi-disant «nouvelle normalité» a éclairé un scénario de consensus sans précédent. Est-ce le début d'une nouvelle étape?
C’est une très bonne nouvelle que nous ayons obtenu les forces politiques qui avaient été Non signifie non, dans une tranchée, en sont sortis. C'est nous qui avons pris l'initiative de l'accord, de la responsabilité et de la séance. C'est très bien que d'autres se soient rendu compte que c'est la voie.
Ce vote ouvre-t-il la porte à des budgets consensuels?
Ce doit être le moyen d'atteindre les budgets de la reconstruction nationale. Le gouvernement doit être responsable, loin des politiques populistes et indépendantistes. Et regardez les partis que nous croyons en Espagne. Pas chez ceux qui prétendent que l'Espagne se porte mal car ils considèrent que c'est bon pour eux.
L'Exécutif doit présenter des comptes modérés, pragmatiques et utiles pour sortir l'Espagne de la crise. Si c'est le cas, ceux d'entre nous qui croient en Espagne devront être dans cet accord de consensus.
Eh bien Pedro Sánchez a dit qu'il pouvait convoquer en juillet la table avec le Govern de Quim Torra.
Nous rejetons absolument le tableau de la honte et du chantage, qui fait partie des accords de la Gouvernement Frankenstein. C'est une table inconstitutionnelle. Pour faire face à ce qu'ils disent qu'ils vont traiter, il y a les institutions démocratiques choisies par le peuple.
Ont-ils demandé au gouvernement de ne pas le recueillir?
Nous avons exigé l'égalité du gouvernement dans toutes les négociations. Le tableau est l'inégalité et le privilège d'identité. Nous avons toujours exigé que le gouvernement respecte cette égalité s'il veut nous avoir à ses côtés.
M'ont-ils demandé de ne pas rencontrer la table avant la fin de la crise? Vont-ils continuer à négocier si vous l'appelez?
Si le gouvernement rencontre la table de la honte et du chantage avec les indépendantistes, cela nous rendra très difficile. Nous voulons que le sort de 47 millions d'Espagnols ne soit décidé ni par l'ERC, ni par les nationalistes, ni par Otegi. Nous voulons qu'ils ne soient pas dans les institutions car ils ne prennent jamais de décisions au bénéfice de tous, mais seulement d'une partie du territoire.
Le gouvernement a également la responsabilité de rechercher des accords avec nous et de ne pas les entraver avec la table de la honte.
Si le gouvernement approuve les transferts aux sécessionnistes, rompra-t-il avec Pedro Sánchez?
C'est absolument contraire à notre idéologie. Il ne peut y avoir de transfert vers l'indépendance. Et comment peut-il y en avoir maintenant, dans une situation aussi tragique? Ce serait absolument inacceptable.
Le gouvernement a-t-il donné suite à ses accords ou s'est-il déjà senti trahi?
Lors de la dernière réunion de Moncloa, nous avons procédé à un examen et nous sommes rendu compte que le gouvernement avait rempli presque tous ses engagements. Il n'y a pas de réformes législatives pour lutter contre les épidémies localisées. Mais je suis très satisfait des demandes que Ciudadanos a faites au gouvernement et de sa conformité.
Quelles réformes les citoyens proposent-ils?
Il en existe deux très importants: premièrement, le renforcement de la coopération avec les communautés autonomes et le devoir d'information avec le ministère de la Santé. Et deuxièmement, concevoir un régime juridique permettant à l'autorité sanitaire de prendre des mesures urgentes de séquestration. Le gouvernement peut adopter des mesures d'isolement immédiates qui feront ultérieurement l'objet d'un contrôle judiciaire. Mais la balle est sur le toit de l'exécutif.
Après s'être mis d'accord sur la cinquième prolongation avec les citoyens, un pacte secret a été connu avec Bildu pour abroger la réforme du travail. Se sentaient-ils trompés?
Nous attendons toujours avec impatience. Nous arrivons à un accord avec une série de points spectaculaires. Cet autre pacte a été adopté au sein du gouvernement Frankenstein et a généré, premièrement, que personne ne savait ce qui avait été convenu et que le vice-président a dit que c'était impossible. C'était un bluff. Mercredi, j'ai interrogé Pablo Iglesias sur cette supposée dérogation et il ne m'a pas répondu. Les grands partis doivent s'asseoir, depuis septembre, pour concevoir un nouveau cadre de relations de travail qui s'adapte au 21e siècle. Et nous devons le faire en laissant de côté ceux qui ne pensent pas à l'intérêt général de l'Espagne.
Les partis que vous nommez, les partis indépendantistes, devraient-ils également être exclus de la négociation des budgets?
Quels budgets vont essayer certains partis qui ne veulent vivre que du privilège et de la différence? Que vont-ils demander au gouvernement? Ils demanderont des comptes injustes, dans un régime d'inégalité entre les différentes parties du territoire national. Nous n'accepterons pas que le gouvernement cède et s'engage à effectuer des transferts.
Vous pariez donc sur la négociation des budgets uniquement avec les partis nationaux?
Le gouvernement a la responsabilité d'atteindre des budgets modérés, axés sur la sortie de crise. Elle doit rechercher le consensus des parties que nous croyons en Espagne.
Dans cette négociation, pensez-vous qu'il est essentiel que le PP soit là?
C'était une très bonne nouvelle que le PP, avec le discours dur et exigeant d'Ana Pastor, ait voté en faveur du décret qui réglemente la sortie de l'état d'alarme. Cette attitude doit avoir le PP quand il s'assoit pour négocier les budgets nationaux d'urgence. Parce que vous devez vous asseoir. La responsabilité d'un État partie qui a gouverné l'Espagne pendant de nombreuses années doit être celle-là. Mais il est de la responsabilité du gouvernement de le rapprocher et de ne pas présenter des budgets comme ceux convenus avec Podemos, qui sont aujourd'hui surréalistes. Ce seront les hypothèses les plus importantes de 40 ans de démocratie. Et ils ne peuvent pas être entre les mains de Rufián et Otegi. Ils devront être entre les mains des partis qui croient en l'Espagne.
Et si le PP n'est pas là, les citoyens seront-ils dans cette négociation?
Si le gouvernement fait ses devoirs et s'acquitte de ses responsabilités, s'il présente des budgets raisonnables, je ne peux pas penser au scénario dans lequel les partis ayant un sens des responsabilités ne veulent pas s'asseoir en utilisant la politique des tranchées. Ce n'est pas possible.
Êtes-vous plus à l'aise dans les citoyens d'Albert Rivera ou à Arrimadas?
Mon rôle a beaucoup changé. Avec 57 députés, j'ai vraiment apprécié quand je parlais depuis mon siège ou lorsque je posais la question à la ministre de la Justice de l'époque, Dolores Delgado. Ce qui était clair pour moi, c'était que je m'inscrivais à un match central. Mon père était partisan de l'UCD. Je vis la politique dans ma maison depuis que je suis petite et j'ai toujours aimé ça. Ce parti, depuis sa création, a toujours pensé à l'intérêt des Espagnols. Maintenant, ma responsabilité est plus grande et c'est un honneur de l'avoir obtenue. Et je suis très satisfait des décisions que nous avons prises.
Les citoyens sont plus centraux aujourd'hui?
J'ai toujours vu ce match comme une formation centrale. Une personne au centre, comme l'a dit Rivera, a les pieds près du sol mais la tête tournée vers le ciel. Compte tenu de la situation dans laquelle nous nous trouvons, nous avons respecté cette maxime. Nous nous sommes comportés avec la même constance il y a un an ou maintenant. Les problèmes sont différents. Et maintenant, ils font pression.
Certains anciens dirigeants, comme Juan Carlos Girauta ou Marcos de Quinto, sont partis car, disent-ils, leur formation blanchit les pactes du PSOE avec les héritiers de Batasuna. Ils pensent que Ciudadanos a changé.
Chacun prend ses décisions. Mais nous ne sommes pas partenaires du gouvernement; Je l'ai dit de la tribune du Congrès et le président l'a également dit. Nous n'avons blanchi personne. Nous avons pris des décisions responsables dans un moment d'extrême gravité qui nous a obligés à saisir l'occasion. Nous continuons d'être de l'opposition et de critiquer le gouvernement.
Si l'Espagne subit à nouveau une vague de Covid, sera-t-il nécessaire de réactiver l'état d'alarme ou peut-il y avoir des réglementations pour le remplacer?
Il est difficile de répondre à cette question, car elle dépend d'un phénomène dynamique, l'épidémie. Tout dépendra de la façon dont la repousse est et si elle est plus ou moins localisée car les lois administratives ne permettent pas le confinement général. Mais j'espère que nous ne ferons face qu'à des germes. J'espère.
Comment évaluez-vous la gestion par le gouvernement de la crise de Covid-19?
Mauvaises, nombreuses erreurs, imprévisibilité, ont créé une insécurité pour tout le monde. Très méchante. Des manifestations du 8 mars, qui auraient dû être interdites, à l'imprévisibilité absolue concernant la collecte des équipements de protection et des respirateurs. Je me souviens de la réticence à recommander les masques, ils induisaient les gens en erreur car il n'y avait pas de fournitures de masques. Il s'agit d'une succession d'erreurs et d'événements imprévus qui ont créé une insécurité chez les personnes.
Face à une "très mauvaise" gestion, Ciudadanos a soutenu le gouvernement.
Quelle autre option y avait-il? Cinquième prolongation de l'état d'alarme il y a un mois et demi. Imaginons qu'il ne sorte pas: il n'y a pas de confinement, je vais à Benicassim et je me jette sur la plage avec une personne d'un demi mètre sans masque. Quelle folie! Nous avons pris la bonne décision et aujourd'hui, cela semble encore plus correct. Ceux qui ne soutiennent pas l'état d'alarme devraient être interrogés sur leur alternative.
En même temps qu'ils sont d'accord avec le PSOE, ils vont en coalition avec le PP au Pays basque et ont des accords gouvernementaux dans quatre communautés. N'est-ce pas contradictoire?
C'est la définition parfaite du centre politique: quatre gouvernements dans des communautés autonomes pour 20 millions d'Espagnols qui fonctionnent franchement bien, qui ont pris des mesures devant le Covid. Et une liste commune avec le PP au Pays basque pour qu'aucun constitutionnaliste ne reste chez lui. Cette liste est l'offre électorale des constitutionnalistes qui croient en l'unité de l'Espagne et en l'état de droit. Elle est peut-être rejointe par de nombreux socialistes modérés qui croient en une Espagne unie.
Quelle est votre relation avec le Parti populaire?
C'est bon. Au Congrès, je parle à Pablo Casado chaque semaine. Et nous sommes très satisfaits de nos relations avec le PP, tant dans les gouvernements autonomes que dans la coalition basque.
La relation est-elle bonne sauf dans la Communauté de Madrid? La présidente elle-même a admis qu'elle envisageait de convoquer des élections anticipées.
Il a dit qu'il n'allait pas organiser des élections anticipées.
Mais il a pensé à le faire.
Je reste qu'il ne va pas les convoquer. En cette période d'urgence nationale, les gouvernements ne seront pas brisés. Nous devons être unis et ne pas créer d'insécurité.
Les citoyens excluent de soutenir une motion de censure à Madrid?
Oui, nous le jetons. Le vice-président Aguado l'a déjà dit.
En regardant 2019 avec perspective, les citoyens auraient dû essayer un gouvernement de coalition avec le PSOE, qui aurait ajouté 180 sièges?
On ne nous a pas proposé. Nous vous avons proposé d'éviter les deuxièmes élections avec une proposition de trois points très simples à remplir. Mais Pedro Sánchez a sorti le calculateur électoral, qui était endommagé, et a appelé les élections.
Le problème était-il Sánchez?
Oui, le problème était Pedro Sánchez. S'il avait voulu l'accord, il nous l'aurait offert. Il voulait gouverner avec Podemos. Il a organisé cette pause parce qu'il pensait que les nouvelles élections feraient mieux.
L'approche PSOE-C affaiblit-elle la coalition avec Podemos?
Ce sera à eux de décider. Podemos n'est pas à l'aise car il souhaite poursuivre ses accords avec ERC et Bildu, avec ceux qui ne croient pas en Espagne et tentent de profiter de leur présence dans les institutions pour obtenir des privilèges.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *