Catégories
Actus culinaires

De nouvelles mesures préventives pour stopper les flambées de Lepe et Mlaga

Vendredi,
26
juin
2020

20:10

Isla Cristina suspend ses activités publiques et privées avec une foule possible

Le personnel de santé transfère l'une des personnes touchées du ...

Le personnel de santé transporte l'une des personnes touchées depuis le centre d'accueil de la Croix-Rouge à Mlaga.
DANIEL PREZ EFE

Préoccupation concernant les flambées de coronavirus enregistrées dans un centre d'accueil pour immigrants à Malaga et dans une autre flambée détectée dans Lepe (Huelva) a contraint de nouvelles mesures préventives à prendre pour freiner la propagation du coronavirus.

Ainsi, les municipalités de Isla Cristina et Cartaya, voisins de Lepe, où une flambée a été enregistrée qui touche neuf personnes et maintient une cinquantaine isolée, ils ont décidé différentes actions pour stopper les contagions. Dans le cas d'Isla Cristina, il a été décidé de suspendre les activités publiques et privées qui pourraient provoquer des foules pendant 5 jours. Cartaya a annoncé que, pour le moment, la surveillance est en augmentation.

Parmi les activités suspendues à Isla Cristina figurent le marché du dimanche, en plus d'événements sportifs, culturels et autres. La fermeture des terrains de jeux et des centres de santé biologique dans toute la zone municipale sera également maintenue pendant une semaine de plus, intensifiant le nettoyage et la désinfection des rues, affectant en particulier les zones les plus fréquentées.

Les personnes infectées lors de l'épidémie de coronavirus enregistrées à Lepe sont déjà au nombre d'une douzaine, tandis que 61 restent isolées comme soupçonnées, selon hier la déléguée de la Santé et des Familles de la Junta de Andaluca à Huelva, Manuela Caro.

Interrogé par des journalistes, Caro a expliqué que cette flambée a commencé avec deux personnes suspectes, dont une seule avait un PCR positif, un marin qui travaillait au Sénégal qui est arrivé sans symptômes en Espagne et qui a ensuite eu de la fièvre, ce qui l'a amené à venir aux services de santé.

Dans le cas de Mlaga, la situation au Centre d'accueil de la Croix-Rouge à Mlaga maintient les responsables en suspens, craignant de nouvelles infections, de l'épidémie connue cette semaine. Le ministre de la Santé a étendu le suivi des cas possibles à deux autres centres de migrants à Mlaga où le personnel des ONG sert.

Jusqu'à présent, et selon les données communiquées par le Conseil à midi ce vendredi, un total de 87 cas positifs, Deux de moins que le directeur du Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires, Fernando Simn, a souligné aux médias jeudi, quand il a parlé de 89. Dans cette apparition, il a reconnu que celui de Malaga est, avec celui d'Aragn, l'un des celles qui représentent le plus grand risque et qui sont actuellement réellement préoccupantes, dans un contexte qui représente une quarantaine de foyers de coronavirus détectés dans le pays.

Depuis mardi dernier, le centre qui gère la Croix-Rouge à Mlaga Il est scellé par la police, qui maintiendra le dispositif de surveillance qui empêche l'entrée et la sortie de celui-ci jusqu'à ce que la situation redevienne normale, une circonstance qui ira de pair avec les données que le Board of Health and Families Counselor continue de mettre à jour, et dont les responsables insistent pour envoyer un message de sérénité et de calme à la population de Malaga, comme l'a souligné la déléguée de l'administration régionale, Patricia Navarro.

Du conseil d'administration, ils ont souligné que l'objectif était identifié, toutes les personnes qui étaient à l'intérieur du centre sont isolées et le district de santé de Mlaga a décidé d'étendre le suivi des cas à deux autres points où la Croix-Rouge sert les immigrants. C'est celui situé dans le Quartier Trinity de la capitale de la Costa del Sol, et d'une auberge de jeunesse, dans laquelle le personnel d'ONG accueille des réfugiés, dans la région de Carranque.

L'origine possible de l'épidémie n'a pas été officiellement annoncée pour le moment, bien que certaines sources parlent d'un travailleur qui a déménagé à Las Palmas de Gran Canaria dans un état asymptomatique le 14 juin, pour revenir quelques jours plus tard à Malaga, comme porteur de ce virus. Lundi, il y a eu un nouveau départ dans l'infrastructure de Malaga: une immigrante qui avait de la fièvre et qui a subi une PCR au service des urgences, confirmant le deuxième cas et activant toutes les alarmes.

Les installations ont été fermées et les responsables du centre travaillent à tout moment de concert avec le service d'épidémiologie et en contact permanent avec les experts, comme l'a souligné le coordinateur provincial de la Croix-Rouge à ce journal. Samuel Linares.

Le protocole établi a depuis concentré les travaux sur ce que les épidémiologistes appellent des cercles étroits: les personnes qui ont été affectées dans des espaces réduits pendant plus de quinze minutes, qui ont partagé des espaces de vie, tels que des salles à manger ou des salles fermées. Bien que le chiffre officiel n'ait pas transpiré, on estime qu'il y a environ 130 personnes isolées.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *