Catégories
Actus culinaires

Cs expulse son conseiller de Cartaya pour avoir soutenu la motion de censure du PSOE

Actualisé

Lundi,
6
juillet
2020

20:35

Alexis Landero (PSOE) est élu maire malgré son apparition sur un enregistrement proposant un poste auquel il était candidat PP. Il a promis de démissionner une fois qu'il aura reçu le personnel du maire.

Le socialiste Alexis Landero célèbre sur les épaules de ses voisins ayant ...

Le socialiste Alexis Landero célèbre sur les épaules de ses voisins ayant obtenu le maire de Cartaya.
JULIN PEREZ EFE

Ni les dénonciations devant la Justice ni les enregistrements publiés par ce journal – dans lesquels une tentative de corruption infructueuse aurait été enregistrée – n'ont ébranlé la confiance des partenaires dans la motion de censure que ce lundi a faite au maire socialiste de Cartaya. Alexis Landero, malgré le scandale politique des dernières semaines.

Landero, accusé par le PP d'avoir tenté d'acheter le vote de son candidat en échange d'un emploi – sa voix est celle qui apparaîtrait sur les enregistrements envoyés à la Justice -, a célébré la conquête politique victorieuse bien que, selon ce qui s'est passé, son élection est en petits caractères, de telle sorte que dans les prochains jours, il devra prendre du recul pour démissionner et laisser la présidence du maire à un collègue, vraisemblablement le conseiller Josefa Gonzlez Bayo.

Avec cette condition, le PSOE aurait réussi à arrêter les défections de ses partenaires de mouvement, Forward-IU et citoyens, qui a exigé un «geste» après le scandale de la corruption ratée en 2015 et les audios connus la semaine dernière. De même, selon la plainte déposée par le PP, Landero et le numéro 3 sur la liste du PSOE en 2015, Antonio Escudero, pourraient être entendus sur la façon dont ils offrent au candidat populaire Manuel Barroso un emploi public pour lui et sa femme, en plus du support pour votre entreprise. Tout cela en échange de la démission du PP pour se mettre d'accord avec d'autres groupes pour ouvrir la voie au candidat socialiste.

Après avoir pris connaissance de cette manœuvre, Ciudadanos a reculé et a ordonné à son conseiller, Israël Medina, de voter contre la motion de censure, malgré laquelle il n'a pas respecté l'ordre et la motion s'est poursuivie hier.

Quelques heures plus tard, la direction nationale du parti a annoncé son ouverture un dossier d'expulsion à son conseiller pour avoir contribué à éroder la stabilité d'un gouvernement municipal en temps de crise sociale et économique. Aucune référence n'est faite dans la déclaration à la prétendue tentative de corruption et à sa détermination contre le transfuguisme. Les Cs continuent à travailler pour l'intérêt général des cartayeros et à prioriser la stabilité politique comme l'éthique habituelle dans les institutions, étant implacable contre les pratiques du transfuguismo pour changer la majorité dans les gouvernements, note la note publiée.

Pour le moment, on ne sait pas quand la démission de Landero aura lieu, bien que celui qui est censé devenir son remplaçant ait également fait l'objet d'une plainte du PP, qui l'accusait vendredi dernier d'avoir accordé un prétendu traitement favorable à son famille, laissant les plaintes environnementales mourir dans un tiroir pendant son mandat de chef de la délégation provinciale pour l'environnement de la Junta de Andaluca.

Lors de son discours de lundi, Alexis Landero a critiqué la performance du déjà ancien maire, Manuel Barroso, qu'il reproche d'avoir lancé des accusations contre sa personne de formalité malveillante. Landero a défendu que les enregistrements étaient faux et manipulés. Et il a également souligné que ces enregistrements étaient cachés à la Justice depuis cinq ans. S'il y a un crime, a déclaré Barroso à son prédécesseur, vous êtes complice.

Enfin, il a annoncé qu'il porterait plainte contre l'ancien maire du PP pour contrainte et menaces.

Le gouvernement actuellement présidé par Alexis Landero est soutenu par les 7 conseillers du PSOE, celui d'Adelante-IU et celui de Ciudadanos. L'ancien maire du PP avait le soutien de ses 3 conseillers, plus le 5 des Indépendants de Cartaya (ICar) et le seul maire élu des citoyens.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *