Catégories
Actus culinaires

Covite dénonce la participation de l'ETA David Pla à un acte de Sortu pour les prisonniers "Etes-vous sûr que Bildu et Sortu ne sont pas ETA?"

Dimanche,
13
septembre
2020

13:20

L'ancien chef de l'ETA a évoqué "la stratégie actuelle de rapatriement des prisonniers, des fugitifs et des déportés" dans une vigile pour exiger des changements dans la politique pénitentiaire et dans laquelle les prisonniers décédés sont honorés.

Slogans pour les prisonniers projetés hier soir au Delagaci

Slogans pour les prisonniers projetés hier soir au Government Delay à Bilbao.
Twitter

Le Collectif des Victimes du Terrorisme, Covite, a dénoncé à travers les réseaux sociaux la participation de l'ancien responsable de l'ETA David pla dans une montre de concentration appelée par Sortu hier soir à Bilbao pour demander un changement de politique pénitentiaire.

L'ancien chef de l'ETA, David Pla, micr "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/09/13/15999959419890.jpg
L'ancien responsable de l'ETA, David Pla, micro à la main.

Au cours de l'événement, qui a duré 12 heures, et qui comprenait une manifestation devant la délégation gouvernementale, des discussions et des conférences sur l'activisme en faveur des prisonniers de l'ETA et des applaudissements pour les membres décédés de l'ETA, tels que Josu Uribetxeberria Bolinaga ou Kepa del Hoyo, et que signée dimanche à 9h00, l'ancien responsable de l'ETA a participé David Pla. qui a donné une conférence sur "la stratégie actuelle de rapatriement des prisonniers, des fugitifs et des déportés".

Pla a été libéré en février de la prison de Soto del Real à Madrid, après que le juge de la Haute Cour nationale, Mara Tardn, ait accepté sa mise en liberté provisoire avec des mesures de précaution, une fois qu'il a été remis par la France en vertu d'un mandat d'arrêt européen. .

Covite, à travers un message sur Twitter, s'est demandé si la présence de Pla à l'événement organisé par Sortu ne montre pas que «Sortu et Bildu sont les mêmes qu'ETA». "Hier soir, Sortu a organisé une manifestation à Bilbao pour lire les noms des membres de l'ETA décédés" à cause de l'Etat ", selon eux, et les applaudir. Le spectacle mettait en vedette un invité d'honneur: le dernier chef de l'ETA, David Pla. Bildu et Sortu ne sont sûrement pas ETA? dit le message.

L'association des victimes, présidée par Consuelo Ordez, a également critiqué le fait que les participants "honorer les membres morts de l'ETA et défendre les intérêts des membres vivants de l'ETA ". "Ils sont tous traités comme des héros. Il y a encore ceux qui défendent qu'EH Bildu, Sortu et d'autres marques de la gauche nationaliste n'ont rien à voir avec l'ETA", a-t-il déploré.

L'acte nordique de Sortu, un parti politique intégré à la coalition EH Bildu, coïncide avec la pression institutionnelle exercée par la coalition présidée par Analdo Otegi contre la politique carcérale, à la suite de la mort de l'ETA Igor Gonzlez Sola, qui s'est apparemment suicidé dans la prison de Martutene, et est blâmé par le «politique pénitentiaire cruelle» de l'État. Cette stratégie comprend initiatives dans toutes les institutions du local à l'Europe et questions au Sénat et au Congrès, comme celui présenté au président Pedro Sanchez, qui a "profondément regretté" la mort du membre de l'ETA, qui a suscité de vives critiques de la part des associations de victimes et de la police.

Collectif de prisonniers

Dans cette même stratégie de pression sur Sanchez pour effectuer des changements drastiques dans la politique pénitentiaire est encadré un communiqué de la collectif de prisonniers de l'ETA, EPPK, qui considère que la mort d'Igor Gonzlez Sola est "une conséquence directe de la politique pénitentiaire "d'exception et" inhumaine de l'État.

Dans une déclaration envoyée au journal Gara, l'EPPK assure qu'il est nécessaire de "jeter les bases d'un Euskal Herria sans prisonniers politiques" mais souligne qu'il y a des problèmes qui doivent être résolus maintenant, comme le Regroupement de détenus ETA dans les prisons basques et navarraises.

Il revendique également le libération "immédiate" des prisonniers malades et de plus de 65 ans et la cessation de l'application d'un régime de prison fermée qui maintient ces détenus «isolés, éloignés et dispersés».

"Des années ont passé à dire que nous ne sommes pas des prisonniers politiques, mais 10 ans après la fin de la lutte armée, ils continuent de nous appliquer une politique carcérale exceptionnelle", dénonce ce groupe.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *