Catégories
Actus culinaires

Contagion nationale de la violence contre l'état d'alarme et les restrictions

Mis à jour

Dimanche,
1
novembre
2020

02:29

Transformé et détenu à Barcelone, Bilbao, Oviedo, Séville, Saragosse, Santander, Valence et Burgos cette semaine, avec une réponse à Vitoria, Madrid et Logroo ce samedi. Les enquêteurs ne voient pas de «schéma organisé», mais la police étudie un changement de quart pour faire face à cette autre vague.

Des émeutes ont eu lieu vendredi soir à Burgos après la manifestation ...

Des émeutes ont eu lieu vendredi soir à Burgos après la manifestation contre la détention.
EFE

La nouvelle vague du coronavirus provoque un nouvel effet collatéral: une préoccupation accrue pour la sécurité des citoyens. Les mesures restrictives qui ont été mises en place en Espagne sous la protection d'un nouvel état d'alerte provoquent des protestations citoyennes, qui ont dégénéré en actes de violence et en arrestations dans dix communautés autonomes. En seulement six jours, à partir de Barcelone et d'Oviedo lundi soir, un courant s'est déchaîné qui s'est poursuivi mardi à Séville, jeudi à Bilbao et, vendredi, jour traditionnel pour le départ du pont, il s'évanouira à divers endroits en Espagne.

Avec presque tout le pays confiné, les altercations se sont intensifiées: Barcelone, de nouveau; Saragosse, Valence, Santander et, avec une virulence particulière, en le quartier Gamonal de Burgos. Samedi, la marée s'est propagée à Vitoria, Logroo et a atteint Madrid, où le poste de police de Leganitos a été attaqué, avec Gran Va. Il y a même eu la condamnation du Premier ministre, qui a blâmé les «groupes minoritaires».

La grande crainte de la sécurité de l’État est qu’il y ait un effet d’écho et qu’ils soient lancés de manière coordonnée à portée nationale, car il s’agit désormais plus d’un phénomène limité, bien que violent au point d’avoir exigé le maximum d’attention.

Pour le moment, les spécialistes soulignent que les épisodes qui se déroulent depuis lundi n'obéissent pas à un schéma organisé, mais répondent plutôt à des appels sporadiques de réseaux, encouragés par des secteurs dits négateurs, et que ceux qui visent ces actes sont les toujours, en référence aux groupes anti-système d'extrême gauche et d'extrême droite, ainsi qu'à d'autres liés au mouvement indépendantiste catalan – le CUP et Arran les ont soutenus lundi, faisant appel aux dommages sociaux de la crise. Pour preuve de l'origine des violences, plusieurs des détenus ont des antécédents de désordre.

Les chercheurs sont convaincus que ces épisodes se reproduiront dans les prochaines heures, jusqu'à la fin du pont. Ils s'attendent à un peu de détente lorsque la journée de travail recommence le mardi, réactivée à nouveau le week-end de vacances à Madrid-.

La grande crainte aujourd'hui est que l'effet de sympathie atteigne les quotas nationaux. En fait, des voix se sont déjà élevées au sein des forces de police pour réclamer une nouvelle restructuration des équipes et des vacances afin d'avoir le maximum de policiers pour faire face à une éventuelle vague de violence croissante.

Un jeune homme à vélo lors d'une manifestation à Barcelone vendredi soir. "Src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/10/31/16041703861782.jpg
Un jeune homme sur un vélo lors d'une manifestation à Barcelone vendredi soir.REUTERS

Les membres des services d'information pilotaient déjà les réseaux sociaux depuis le début de la semaine pour tenter de repérer toute initiative de contestation spontanée mais qui pourrait dégénérer en violence, comme la réalité est venue le confirmer.

Comme ce journal a déjà avancé, ces spécialistes ont averti que, compte tenu de l'effet économique et social de la première gifle de la pandémie, si un épisode de grande intensité de crise sanitaire et sociale se reproduisait, les troubles dans les rues seraient un réalité. Ils ont alors souligné, début juillet, que cette contestation pourrait se concentrer sur deux fronts: la réponse aux nouvelles mesures de mobilité restrictives et, d'autre part, aux effets économiques qui commencent à se produire du fait des dommages causés par le coronavirus à l'économie, dans la poche du citoyen. Ce scénario, selon les analystes de la police, était envisagé pour une deuxième vague qui a eu lieu en octobre. Mais les infections ont été précipitées et les actes violents sont arrivés avant la fin du mois.

Il y a trois domaines qui, selon les spécialistes de l'intérieur, sont très préoccupants: Catalua, Madrid Oui Navarre. Dans Catalogne, parce que ces analystes comprennent que les indépendantistes les plus radicaux profiteront du mécontentement public sur la gestion de la crise pour reprendre la tension dans la rue. Dans Madrid, parce que le plus grand écho médical est recherché pour provoquer à nouveau un effet de contagion. La mèche déjà allumée à l'aube ce dimanche. Et enfin, Navarre, parce qu'en plus d'être l'une des communautés qui applique le plus de restrictions, dans les évaluations policières, elle apparaît toujours comme l'une des plus contagieuses de violence.

Ces derniers jours, de graves incidents se sont produits dans d’autres pays européens. Mais sans aucun doute, ceux d'Italie sont les plus révélateurs. Derrière eux se trouvent des groupes antisystème, très forts, tant en Italie qu'en Grèce, et qui ont des liens étroits avec l'Espagne, où le mouvement anarchiste a toujours eu des liens étroits avec ces deux pays.

Pour les Forces de sécurité le défi est double: comment développer un dispositif qui puisse répondre aux directives différenciées par les communautés, et mettre en œuvre des dispositifs préventifs pour éviter les réponses violentes.

La connexion avec d'autres services d'information européens, tels que les services italiens, a été activée avec plus de force pour éviter ou au moins détecter à temps s'ils établissent cette connexion qui, il n'y a pas si longtemps, a conduit à avoir des cellules à la fois en Italie et en Grèce et en Espagne des anarco-terroristes, la grande peur des forces de sécurité de l'Etat. Ces analystes préviennent que la situation sociale va se développer parallèlement à la crise économique et au chômage.

Comme si la tension policière ne suffisait pas, les analystes antiterroristes de la moitié de l'Europe s'accordent à dire que les complots djihadistes profitent de la pandémie pour radicaliser davantage leurs sympathisants, afin de mener des actions individuelles. La France est devenue le premier centre d'intérêt, mais ils craignent que cet appel ne se propage à d'autres pays. Pour cette raison, les actions contre les programmes de recrutement djihadistes en Europe se sont multipliées. Et, comme ces spécialistes le rappellent, l'Espagne continue d'être en état d'alerte antiterroriste 4, ce qui est pratiquement le maximum.

Certaines voix de la police parlent déjà de demander aux forces armées de mener certaines actions qui sont désormais entre les mains des forces de sécurité de l'État pour libérer des troupes. Le débat n'était pas encore ouvert au niveau politique, mais les événements de ces derniers jours vont mettre ce problème à l'ordre du jour. Parce que vendredi soir déclenche l'alarme.

Dans Barcelone, Les altercations de vendredi ont fait 12 arrêtés et deux magasins pillés; sept manifestants et 20 policiers ont été traités pour les urgences.

Dans Burgos, concentré sur le quartier de Gamonal, un quartier au tissu d'opposition notable, plus d'une centaine de conteneurs ont brûlé lors de l'affrontement avec les forces de sécurité avec des pierres. L'escarmouche, après une concentration d'environ 400 personnes, a laissé deux détenus, dont un mineur.

Dans Cantabrie Des centaines de personnes se sont rassemblées pacifiquement contre le couvre-feu à Santander et Torrelavega, mais dans la capitale, la manifestation a conduit à des affrontements avec la police qui ont abouti à huit détenus pour attaques contre l'autorité, désobéissance et dommages, en plus de quatre policiers blessés.

Dans Saragosse, seulement 80 personnes se sont rassemblées sur la Plaza de Espaa pour protester contre les limites de l'état d'alarme, mais des événements violents se sont ensuite produits dans les rues adjacentes dans lesquelles cinq personnes ont été arrêtées.

Et à Valence, sept personnes ont été arrêtées et cinq agents ont été traités après des altercations après une autre manifestation non autorisée.

Ce samedi, la vague a grossi. Vitoria ajoutées à la liste des villes arrêtées, à Logroo les manifestants ont attaqué un magasin Lacoste et Madrid s'est imprégnée d'altercations, au cœur de la capitale du pays.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *