Catégories
Actus culinaires

Condamnation à l'unanimité pour le viol d'une jeune femme handicapée dans un parc de Saragosse

Lundi,
6
juillet
2020

17:21

L'agresseur, qui a agressé la victime dans le parc Castillo Palomar tôt samedi matin, n'a pas encore été identifié.

La société

La corporation municipale avec la bannière de protestation pendant le rassemblement.
CONSEIL MUNICIPAL DE SARAGOSSE

Les institutions, les groupes, les associations féministes et les citoyens en général ont montré ce lundi leur condamnation, leur indignation et leur rejet pour la violation brutale dont a souffert ce samedi une jeune femme handicapée dans un parc public de Saragosse.

Des centaines de personnes se sont réunies ce lundi sur la Plaza del Pilar pour rejoindre l'appel de condamnation lancé par la Mairie de la capitale aragonaise.

L'ensemble de la corporation municipale, dirigée par le maire, Jorge Azcn, s'est réuni aux portes de la mairie pour condamner publiquement les agressions sexuelles, avec une bannière avec le slogan "Contre la violence de genre".

Parmi les participantes, figuraient des représentantes des associations Somos Ms, Amanixer, des femmes handicapées et de la coordinatrice des organisations féministes.

Le maire a déclaré: "Nous sommes choqués, nous sommes absolument touchés par une situation comme celle-ci dans laquelle la seule chose que nous puissions souhaiter est le rétablissement dès que possible de cette femme et envoyer de l'amour à elle et à ses proches au nom de toute la ville. Parce que c'est indescriptible ce que cette fille a dû souffrir. "

Azcn a souligné que le conseil municipal "fera tout son possible pour que cette terrible violation soit résolue et que l'agresseur ou les agresseurs ne reviennent pas dans les rues de notre ville".

Après l'événement, le maire, accompagné du conseiller pour l'égalité, les femmes et les jeunes, Mara Antoanzas, a salué les représentants des groupes qui ont participé à l'acte de rejet, à qui il a transféré son soutien.

"Sauvage et barbare"

Le président de l'association Somos Ms, Natalia Morls, a qualifié ce qui s'est passé de "sauvagerie et barbarie".

Dans des déclarations aux médias, il a indiqué que "nous avons dit au maire que cela ne pouvait pas être consenti, peu m'importe si la victime est une femme avec ou sans handicap, je suis indifférent. En ces temps, il ne peut pas être qu'une femme allez tranquillement dans la rue et un gentleman, pour être éduqué, accédez à votre corps à votre guise, quand vous en avez envie et faites ce que vous voulez. "

Le coordinateur 8M a également appelé une concentration à l'entrée du parc Château de Palomar, où l'agression sexuelle a eu lieu samedi matin, pour montrer "rage et indignation".

La jeune fille de 22 ans a dû subir une intervention chirurgicale d'urgence pour arrêter une hémorragie. L'enquête se poursuit et il n'y a toujours aucun détenu.

Pour le collectif 8M, le fait que la victime du viol soit une jeune femme handicapée ajoute une cruauté supplémentaire à ce qui s'est passé. "Parmi les multiples facteurs qui aggravent les inégalités, les femmes handicapées subissent une double discrimination vis-à-vis de la population générale", précise la plateforme.

"75% de la population ayant une déficience intellectuelle souffrent de maltraitance à un moment donné de leur vie, mais seulement 3% la verbalisent", explique-t-il dans une publication diffusée sur les réseaux sociaux.

Accusation populaire

De même, l'association de soins de santé des personnes handicapées, Atades, a annoncé qu'elle étudie pour apparaître comme une accusation populaire.

C'est ce qu'a déclaré ce lundi par le responsable de l'entité, Flix Arrizabalaga, après avoir condamné cet acte "atroce" devant lequel il estime devoir se positionner et agir judiciairement "pour éviter" que des situations comme celle-ci et celle d'un autre type ne se répètent.

Ils veulent «rendre visible» le risque que ce groupe court et faire en sorte que la ou les personnes qui l'ont commis soient condamnées et que «le poids de la loi» leur incombe.

Dans des déclarations aux médias, Arrizabalaga a indiqué que "c'est un fléau qu'il faut mettre fin et nous devons tous exercer notre responsabilité et faire les efforts nécessaires pour que ce type de situation ne se reproduise pas et que les victimes soient protégées".

Pour sa part, la Ministre des Services Citoyens et Sociaux du Gouvernement d'Aragn, Mara Victoria Broto, a déclaré que ce qui s'était passé "devrait nous embarrasser en tant que société".

Il a déclaré que "en tant que société, nous estimons que nous avons tous été attaqués" et "nous ne pouvons pas le permettre". De même, il a souhaité que la ou les personnes responsables de «la plus grande punition» lui incombent et a exigé «de mettre tout le fardeau pour que cela ne se reproduise plus».

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *