Catégories
Actus culinaires

Carles Puigdemont perd son fief Perpin après avoir été conquis par l'extrême droite

Lundi,
29
juin
2020

19:50

Le candidat de Le Pen reprend le maire de la ville que le fugitif a utilisé en février pour célébrer un rassemblement massif. "Je ne veux pas que les problèmes catalans compliquent nos vies", défend le maire élu, Louis Aliot

Les élections municipales françaises de ce dimanche ont donné un tour indirect mais rude à Carles Puigdemont, qui ne peut guère retourner à Perpin pour promouvoir la cause séparatiste et sa candidature à la présidence de la Generalitat après que l'extrême droite ait pris le maire de la supposée capitale de la Catalua Norte.

L'extrême droite Louis Aliot, candidat au Regroupement national (ancien Front national), a remporté avec 53% des voix le maire de cette ville située à seulement 40 kilomètres de la frontière espagnole – la plus grande gouvernée par le parti de Marine Le Pen en deux décennies – et que le 29 février il s'est donné pour accueillir le rassemblement massif au cours duquel le fugitif a menacé l'État de mener le combat final contre l'Espagne.

Puigdemont a profité de la liberté de circulation que lui confère son statut de député européen tandis que le Parlement européen résout la demande de la Cour suprême de lever son immunité, mais aussi de la collaboration apportée par le maire sortant de Perpin, Jean Marc-Pujol -de Los Republicanos-, qui a non seulement autorisé le rassemblement qui a réuni 110 000 indépendantistes dans sa ville lorsque la menace du coronavirus a commencé à prendre forme, mais a également reçu le fugitif de la justice espagnole avec tous les honneurs à la mairie, convertissant sa visite dans un petit acte de campagne efficace, selon sa défaite aux urnes. Le chômage -14% contre 8% national- et la pauvreté qui sévit dans cette population dégradée du sud de la France ont conduit les membres des autres candidats à demander le vote d'Aliot au second tour, renversant l'allié de Puigdemont, maire depuis 2009.

Puigdemont, reçu avec distinction par le maire sortant, Jean-Marc Pujol.
Puigdemont, reçu avec distinction par le maire sortant, Jean-Marc Pujol.

Son remplaçant ne semble pas disposé à tapisser Perpin afin que Puigdemont continue de l'utiliser à des fins partisanes, comme il l'a fait en février, lorsqu'il a publiquement défendu qu'en marchant dessus, il était revenu en Espagne après son exil. Je ne veux pas que les problèmes catalans compliquent nos vies, qu'il y ait des confrontations et des indépendances ici en France. Soyez vigilant, a proclamé le maire de Perpin lors d'un entretien en janvier L'avant-garde, avec l'intention évidente que la souveraineté catalane prendrait note de ce qui allait arriver dans son Catalua Norte si l'extrême droite a fini par l'emporter aux élections municipales.

Perpin sera gouverné par l'extrême droite française. Il n'a pas été possible de l'éviter, a regretté Puigdemont après avoir pris connaissance des résultats des élections locales. Le fugitif pensait qu'il reviendrait dans la ville française pendant la campagne pour les élections régionales catalanes, dans lesquelles il mènerait vraisemblablement la candidature de JxCat sur un ticket avec un nouveau vicaire. Mais il commence déjà à se déclarer conscient que sa stratégie a été tronquée avec la victoire d'Aliot.

LA GENERALITAT BRISE LES RELATIONS

La victoire d'extrême droite modifie considérablement les plans du fugitif, qui avait ordonné un redoublement des efforts budgétaires pour renforcer la fiction du Catalua Norte. Sans surprise, la maison Perpin, siège de l'ambassade du gouvernement dans le sud de la France, a absorbé 147 000 euros par an jusqu'en 2020, date à laquelle elle a plus que doublé, notamment 393 000 euros, selon les budgets que Quim Torra a approuvés en avril dernier avec le soutien de l'ERC et des Communes.

Ce lundi, après la victoire du candidat d'extrême droite, la maison Perpin de la Generalitat a annoncé qu'elle rompait ses relations avec le conseil municipal et qu'elle ne célébrait plus la journée au Palau de Pams, propriété de la municipalité. L'élection d'un maire d'extrême droite à Perpin nous fait repenser les bonnes relations que nous entretenions avec la Mairie, présumé délégué de la Generalitat de la ville, Josep Puigbert.

Le gouvernement catalan est contraint de se dissocier du Consistoire pour que le mouvement indépendantiste ne soit pas lié à l'extrême droite et Puigdemont perd une pièce centrale pour l'internationalisation de son projet sécessionniste.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *