Catégories
Actus culinaires

Barricades dans une ville de Grande Canarie pour empêcher l'arrivée d'immigrants en quarantaine

Actualisé

Jeudi,
6
août
2020

08:58

Une centaine d'habitants de Tunte (Gran Canaria), ont érigé des barricades ce mercredi pour s'opposer au transfert d'un groupe d'immigrants mis en quarantaine vers leur ancienne résidence scolaire

Barricades dans la ville de Tunte

Barricades dans la ville de Tunte
ELVIRA URQUIJO A. EFE

Une centaine d'habitants de Tunte, la capitale de la commune de San Bartolom de Tirajana (Grande Canarie)ils ont roulé ce mercredi barricades dans l'une des rues du village pour s'opposer au transfert d'un groupe de immigrants en quarantaine.

Des dizaines d'habitants de cette commune, de 596 habitants, coupent la rue qui donne accès à la résidence avec poubelles, bacs de recyclage de carton et de verre, branches et restes de taille.

Concentration Il a été convoqué via les réseaux sociaux, Des messages WhatsApp et des appels téléphoniques, après que la nouvelle est arrivée dans la ville que la délégation du gouvernement allait y transférer un groupe d'immigrants subsahariens mis en quarantaine qui sont arrivés sur l'île dimanche dernier.

Les transférés font partie du groupe de 71 personnes qui ont passé plusieurs nuits sous les tentes du Croix-Rouge sur la jetée d'Arguinegun, en attente de l'attribution d'une ressource hôte pour réussir la quarantaine obligatoire dans le protocole covid.

À l'endroit où ils doivent être hébergés à Tunte, qui est également géré par la Croix-Rouge, 80 autres immigrants africains ont résidé pendant des mois, arrivés sur des bateaux précédents.

Dans certains des messages qui ont circulé dans l'appel à cette manifestation, il est fait référence à la condition d'éventuels porteurs du coronavirus des personnes qui y seront mises en quarantaine.

Dans un communiqué publié mercredi après-midi, le maire par intérim de San Bartolom de Tirajana, Samuel Henrquez (Nueva Canarias), se réfère également à ces personnes comme "douze immigrants soupçonnés de covid-19".

Une porte-parole de la délégation gouvernementale aux îles Canaries a fait remarquer à Efe qu'aucun des immigrants qui vont être transférés à Tunte ne passera la quarantaine exigée de toute personne qui arrive par bateau les îles ont été testées positives aux tests PCR qu'elles ont subis au cours de ces trois jours.

Au-delà du problème de santé, le maire suppléant centre l'opposition à ce transfert sur deux points: sur le fait que votre conseil municipal n'a pas été consulté (Il dit avoir appris des voisins) et, surtout, expulser pour renvoyer vers d'autres parties de l'île les 80 autres immigrés qui y vivent et qui "s'étaient intégrés dans la ville et avaient participé à ses activités".

"Ce niveau d'intégration a pris des mois, cela n'a été facile pour personne mais, finalement, ils étaient devenus un voisin de plus, nous parlons de personnes en quête d'une nouvelle vie et de s'intégrer. Chez Tunte nous avons réussi, nous ne comprenons pas cette décision "il ajoute.

Tunte est le chef-lieu de la principale commune touristique des îles Canaries, San Bartolom de Tirajana, le troisième pays le plus important en matière de nuitées hôtelières, après Madrid et Barcelone. Mais, contrairement à la plage qui lui donne son nom de destination, Maspalomas, elle est située à l'intérieur des terres, à une altitude de 900 mètres.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *