Catégories
Actus culinaires

Barcelone lance un service de prévention du suicide dans le cadre du plan de choc contre Covid

Jeudi,
6
août
2020

13 h 05

Le suicide est la principale cause de décès chez les hommes âgés de 15 à 44 ans dans la ville et la deuxième cause de décès chez les femmes après le cancer du sein

La propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) à lt; HIT ...

Image du centre de Barcelone cette semaine
NACHO DOUZE REUTERS

Dans le cadre du plan de choc de santé mentale de la mairie de Barcelone pour faire face à la crise engendrée par la pandémie Covid-19, un service téléphonique de prévention du suicide a été lancé et un nouveau point d'attention pour offrir un soutien à la environnement le plus proche des personnes ayant des idées ou des comportements suicidaires. Le Consistoire allouera 1,5 million d'euros à ce plan de lutte contre les coronavirus qui, en cas de suicide, suite au Schéma Directeur Santé Mentale et Addictions de la Generalitat, mettra en place un téléphone en collaboration avec la Fundación Ayuda y Esperanza, gratuitement et fonctionnant 24 heures sur 24 toute l'année. Des bénévoles y assisteront pour recevoir spécifiquement des appels en cas de comportement suicidaire.

Des volontaires seront sélectionnés, formés et formés pour gérer ce type d'appel et le service sera coordonné et supervisé par du personnel du domaine de la psychologie et un comité d'experts avec des professionnels liés au Code du risque de suicide de la Generalitat, 061, l'hôpital Sant Pau, l'hôpital del Mar, l'hôpital San Juan de Dios, l'Université autonome de Barcelone (UAB), l'Université de Barcelone (UB) et les associations de soutien déjà existantes dans la ville, entre autres.

D'autre part, le point de soins pour la prévention du suicide est conçu pour servir la famille, les amis et l'environnement de travail des personnes à risque de suicide et sera réalisé par les deux associations de la ville avec l'expérience. Le conseil municipal a plusieurs projets dans le cadre du plan de santé mentale de Barcelone 2016-2022, comme le réseau de Barcelone pour la prévention du suicide, créé en mars et qui permet l'identification, la connexion et l'alignement de toutes les organisations de la ville ayant la capacité d'agir et d'influencer la matière.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que pour chaque suicide commis, il y a environ 20 tentatives. Ceci, uniquement pour la ville de Barcelone, supposerait que quelque 2 000 tentatives puissent être produites chaque année. De plus, face à un décès par suicide, il faut tenir compte du fait qu'en plus de la perte humaine, on estime qu'il y a environ 6 7 personnes dans l'environnement immédiat gravement et directement affectées par ce décès. En fait, à Barcelone, le suicide est la première cause de mortalité chez les hommes entre 15 et 44 ans, tandis que dans le cas des femmes, il est la deuxième cause derrière le cancer du sein.

Parmi les facteurs de risque de suicide figurent les obstacles à l'accès au système de santé, la facilité de trouver des moyens de se suicider, les pratiques inappropriées des médias et des réseaux sociaux ou la stigmatisation associée. Ils identifient également les facteurs individuels qui peuvent être génétiques et biologiques, les antécédents familiaux, la consommation de substances nocives, les douleurs et maladies chroniques, ou la présence de troubles mentaux, entre autres, mais aussi des déterminants économiques et sociaux tels que la pauvreté ont également été soulignés, désespoir ou capacité réduite à faire face à des situations stressantes causées, par exemple, par des problèmes financiers. Pour cette raison, la Mairie considère que face à l'urgence sanitaire engendrée par Covid-19 et qui conduit à une crise socio-économique et de santé mentale, les structures de prévention doivent être renforcées.

La Catalogne dispose du Code du risque de suicide depuis 2015, un protocole spécifique pour l'attention aux comportements suicidaires. Selon ce code, dans la ville de Barcelone, jusqu'à 1139 épisodes de comportement suicidaire ont été enregistrés l'année dernière, tandis qu'au cours des premiers mois de 2020, seuls 467 ont été identifiés, moins que ce qui pourrait être prévisible. Le conseil municipal considère que le confinement a sûrement entravé l'accès aux moyens létaux et a favorisé un meilleur contrôle de l'environnement le plus proche, mais avec le manque progressif de contrôle et les conséquences socio-économiques liées au Covid-19, il faut veiller à limiter une hypothétique augmentation de ces épisodes.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *