Catégories
Actus culinaires

Au rythme de la malveillance

samedi
24
octobre
2020

14h30

La présidente du gouvernement des Baléares, Francina Armengol.

La présidente du gouvernement des Baléares, Francina Armengol.
ALBERTO VERA

Le conseiller présidentiel aborde la tâche pleinement conscient de sa difficulté. Les faits sont ce qu'ils sont et la possibilité de les nier ne l'assiste plus. Il y a quinze jours, après une heure du matin, heure de fermeture des boîtes de nuit par ordre du gouvernement pour lequel il travaille, afin de contenir la pandémie qui a coûté la vie et la santé à des milliers de personnes, son président et l'un de ses hauts postes à la porte d'un bar à cocktails. Pire encore: plusieurs témoins ont vu la position haute s'effondrer, interprétant ce que quiconque ferait à un tel moment dans un tel endroit.

L'événement a peut-être été tenu hors du radar du public pendant quelques semaines, mais le conseiller, qui connaît son métier, sait que cela représente désormais plus un inconvénient qu'un argument favorable. Pour ajouter à la complication, il y a une partie de la plainte déposée par la police locale contre le propriétaire de l'établissement, ouverte au mauvais moment, et la documentation contenue dans cette partie, malgré le laconisme policier, est des plus gênantes. L'agent intérimaire reprend – appelé, d'ailleurs, par le quartier agacé par le bruit qui provenait des lieux à cette heure-là de la matinée – l'excuse offerte par l'hôtelier dénoncé, et ce n'est autre que qu'il n'a pas osé descendre les aveugles parce que le président était à l'intérieur. On peut toujours dire que c'est sa parole contre celle de la première autorité de la communauté autonome et que c'est quelqu'un qui cherche un moyen de s'excuser face à une éventuelle sanction. Mais le bénéfice n'en profite pas, et le rapport de police recueille autre chose.

Le conseiller présidentiel observe la photocopie du rapport, qui a déjà été divulguée à la presse, et regarde la section où est inscrite l'heure de l'intervention: 02h10. Il sait qu'il n'est pas le seul à faire attention au détail, et combien il sera difficile de soutenir que le patron n'a pas dépassé le temps qu'il a décrété à ses concitoyens de respecter comme limite maximale de la vie nocturne. Il raisonne aussi que, même s'ils le croient, l'image qu'il véhicule, de précipiter la frénésie, n'a guère de sympathie avec la retenue à laquelle les citoyens ont été exhortés. Qu'il réussisse à la préserver de l'accusation de violer ses propres règles ne la dispensera pas de l'atteinte fatale de son charisme.

Quoi qu'il en soit, personne n'a dit qu'être conseiller présidentiel permettait de passer paisiblement des jours à faire des tâches de routine. C'est maintenant qu'il doit se déshabiller et montrer qu'il a ce qu'il faut pour être là. Tant son patron que le poste de direction lui fournissent les excuses disponibles: outre le fait qu'en aucun cas ils n'ont passé une heure ni ne sont entrés dans les locaux, que l'accident physique commis par le compagnon du chef était dû à l'effet secondaire d'un , dont il a besoin en raison du stress auquel sa responsabilité le soumet. Ce n'est pas une mauvaise décision pour capter la bienveillance de la population, si la population – et la race humaine dans son ensemble – n'avait pas l'habitude de mal penser chaque fois qu'elle le croit.

Le conseiller termine de mettre de l'ordre dans ses idées et écrit la déclaration qu'à ce moment de la journée et à l'agitation le gouvernement ne peut pas ne pas faire face à la malveillance qui court déjà vers la tombe ouverte par les médias et les réseaux, ainsi que les mèmes les plus sanglants; le nouveau péage auquel sont exposés ceux qui exercent le pouvoir et qui vient et demeure plus que tout texte que les conseillers les plus perspicaces peuvent composer.

Lorsqu'il l'a, corrigé et corrigé, il le relit et se demande combien il en achèterait s'il n'était pas un pilier du président. Avec le temps et les osiers qui ont été donnés, on ne pouvait plus demander. Il l'élève donc à ses supérieurs, qui lui donnent cours. Peu de temps après sa diffusion, la nouvelle que le rapport de police inconfortable a été perdu. Cette torsion rock, dit le conseiller présidentiel, il n'y a plus de déclaration pour la lever.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *