Catégories
Actus culinaires

Arnaldo Otegi pour exiger une indemnisation de l'État après l'annulation de sa condamnation

Samedi,
une
août
2020

14:15

La Cour suprême a annulé hier le jugement dans l'affaire Bateragune après que la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné l'Espagne pour la partialité d'un juge

Arnaldo Otegi, accompagnement

Arnaldo Otegi, accompagné de Miren Zabaleta (i) et Rafa Daz, lors d'une conférence de presse à Bilbao.
Gorka Estrada EFE

Les cinq leaders de la gauche abertzalecondamné par le Affaire Bateragune Ils exigeront une indemnisation de l'État après l'annulation de la peine pour laquelle ils ont purgé six ans de prison, en plus de la déchéance de la fonction publique.

La Cour suprême a annulé hier la sentence du Affaire Bateragune après que la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné l'Espagne pour partialité d'un juge.

Le coordinateur d'EH Bildu, Arnaldo Otegi; l'ancien dirigeant syndical Rafa Dez; Regardez Zabaleta; Sonia Jacinto et le secrétaire général de Sortu, Arkaitz RodrguezIls ont purgé six ans et demi de prison, en plus d'être disqualifiés de la fonction publique.

L'avocat des cinq, Iigo Iruin, a annoncé ce samedi à Saint-Sébastien qu'ils présenteraient une demande d'indemnisation à l'Etat pour "erreur judiciaire".

L'avocat a souligné que le Loi organique du pouvoir judiciaire établit qu'en cas d '"erreur judiciaire", il n'est pas nécessaire de prévoir une autre phrase reconnaissant cette erreur car l'arrêt de la Cour suprême d'hier le fait déjà de manière "tacite", pour laquelle ils réclameront la "responsabilité patrimoniale de l'État" et l'indemnisation correspondante , pour lequel ils ont un mandat d'un an.

Iruin a expliqué que les arrêts de la Cour de Strasbourg sont "juridiquement contraignants" pour les Etats mais "non exécutifs", c'est donc aux juridictions nationales qui doivent déterminer comment ils sont appliqués.

L'arrêt de la CEDH a considéré qu'il y avait eu violation des droits d'Otegi lorsqu'il a été jugé par un tribunal "non impartial" et maintenant la Cour suprême a déclaré la "nullité totale" de la procédure devant la Cour nationale et le TS lui-même, ce qui comprend les quatre autres condamnés. "Ils n'auraient en aucun cas dû être condamnés", a-t-il déclaré.

Élections basques

Arnaldo Otegi a jugé "curieux" que la décision de la Cour suprême intervienne "15 jours après" les élections basques, au cours desquelles il ne pouvait pas être candidat. "Ils ont sûrement dû allonger les délibérations pour rédiger un folio" de condamnation qui appliquerait l'arrêt d'il y a deux ans de la Cour de Strasbourg, a-t-il ironisé.

Le meneur abertzale a estimé que cette affaire était une "opération d'État, conçue par l'appareil d'État avec un gouvernement PSOE", qui cherchait à "empêcher la gauche abertzale changement de stratégie "abandon de la lutte armée," division "à gauche abertzale emprisonner ceux qu'ils considéraient comme leurs «atouts les plus importants» et «détruire le projet de la gauche indépendantiste».

Tu t'es souvenu qu'il y a dix ans, la gauche abertzale Elle a été interdite et maintenant EH Bildu "est la première force municipale" en Euskadi et Navarre et il a une «croissance homogène dans les sept territoires» (qui comprend le Pays Basque français).

"La lecture est très simple, aujourd'hui ils sont plus faibles et la gauche indépendantiste est plus forte, cela a été une victoire juridique et politique", a-t-il soutenu.

Otegi a déclaré que les cinq avaient "payé un prix très élevé" mais étaient "très satisfaits". «Nous avons fait ce que nous avions à faire, c'était le prix à payer», a-t-il ajouté lors de la conférence de presse, qui était accompagnée de Rafa Dez et Miren Zabaleta.

Le coordinateur d'EH Bildu a exigé que l'Etat "défende l'unité de l'Espagne avec des arguments démocratiques et non avec la violence" et qu'il reconnaisse que "la torture est une stratégie structurelle" et que "des preuves sont en train d'être construites pour emprisonner".

L'origine, le parti pris d'un juge

A l'origine de l'appel de la condamnée à la CEDH se trouve la réponse donnée par cette magistrate, Angela Murillo, quand Otegi, au vu d'une affaire antérieure, n'a pas voulu répondre si elle condamnait les violences: "Je savais déjà que je n'allais pas répondre à cette question. " A quoi Otegi a répondu: "Je savais aussi que j'allais le demander."

La Cour nationale a condamné Otegi à deux ans de prison pour exaltation du terrorisme. Il a fait appel de la partialité de Murillo et la Cour suprême était d'accord avec lui. Une autre salle d'audience l'a acquitté de la répétition du procès.

Deux mois plus tard, au procès pour Bateragune Le défi contre Murillo a été répété mais cette fois sans succès.

Pour Strasbourgaccepter la première récusation du juge pour partialité contre Otegi dans une affaire et la rejeter dans une procédure différente à son encontre quelques mois seulement après avoir violé le Convention européenne des droits de l'homme.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *